L’aide pour le Népal peine à arriver aux rescapés

Le dernier bilan du tremblement de terre qui a frappé le Népal samedi dernier fait état de 6.621 morts et de plus de 14.000 blessés. Une semaine après la catastrophe, l’aide indispensable aux survivants se trouve en partie bloquée à l'aéroport international du pays, à Katmandou. En cause, notamment, des services de douanes débordés, selon les Nations Unies.

(Deux millions de Népalais auront besoin d'eau, de nourriture et médicaments au cours des trois prochains mois, selon l'ONU. © Maxppp)

Le Népal a besoin avant tout de tentes et de bâches. Pour faciliter l’envoi, ces produits ont été exemptés de toute taxe. Mais cela n’est pas suffisant estime Jamie McGoldrick, coordinateur sur place de l’ONU, qui réclame un plus grand assouplissement des formalités douanières. Il a également rappelé que l’aide était en train de s’accumuler à l’aéroport au lieu d’être acheminée dans les zones où la population en a besoin.

A LIRE AUSSI ►►► Séisme au Népal : un petit village isolé rayé de la carte

"Nous avons besoin de céréales, de sel et de sucre"

En parallèle, le ministre des Finances, Ram Sharan Mahat, a lancé vendredi un appel aux donateurs internationaux pour qu’ils envoient des aliments de base. Mais les denrées qui arrivent ne correspondent pas toujours aux besoins de première nécessité.

Nous avons reçu des choses comme du thon et de la mayonnaise. A quoi cela va-t-il nous servir ? Nous avons besoin de céréales, de sel et de sucre ", insiste Ram Sharan Mahat.

Une distribution freinée par le manque de camions

Si des avions et soldats américains se mobilisent à Katmandou pour participer notamment à la distribution de l’aide internationale, celle-ci serait également freinée par le manque de camions. Bon nombre de conducteurs sont rentrés dans leur village d’origine pour aider leur famille.

Les stocks de nourriture sont importants mais nous ne sommes pas en mesure de les transporter plus rapidement ”, déplore Shrimani Raj Khanal, un responsable de la Nepal Food Corp.

Des besoins sur plusieurs mois

Les Nations Unies estiment que 28 millions de personnes ont été touchées par le séisme et que parmi elles, deux millions auront besoin d’eau, de nourriture et de médicaments au cours des trois prochains mois.