Cet article date de plus de neuf ans.

La Syrie a libéré plus de 750 prisonniers politiques impliqués dans le soulèvement

Les autorités syriennes ont-elles décidé de faire un geste de bonne volonté à l'égard des opposants ou d'amadouer les observateurs de la Ligue arabe venus examiner la situation ? La télévision d'Etat annonce que 755 détenus impliqués dans le soulèvement contre Bachar al-Assad, mais "n'ayant pas de sang syrien sur les mains", ont été libérés.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Reuters)

 C'est l'une des mesures du plan de sortie de crise préparé par la Ligue arabe : les autorités syriennes doivent libérer les prisonniers politiques. Damas a visiblement décidé de faire un geste de bonne volonté, en annonçant aujourd'hui que 755 détenus avaient pu sortir de prison. Des prisonniers politiques, "impliqués" dans les manifestations de ces derniers mois, selon la télévision d'Etat.

Cette annonce intervient justement au moment où une cinquante d'experts dépêchés par la Ligue arabe visitent la Syrie, pour voir si le régime de Bachar al-Assad respecte les conditions du plan de sortie de crise.

Hier, ces observateurs se sont rendus à Homs, bastion de la contestation. Ils ont jugé la situation "rassurante" . "C'était calme et il n'y a pas eu d'affrontements" a expliqué le chef de la mission, le général Moustafa Dabi. "Nous n'avons pas vu de chars mais nous avons
bien vu quelque véhicules blindés"
.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, les forces de sécurité ont tué près de 40 personnes depuis le début de la semaine à Homs.

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.