Cet article date de plus de neuf ans.

La répression en Syrie aurait fait plus de 5.000 morts, selon l'ONU

Le rapport sur la répression en Syrie de la haut commissaire aux droits de l'homme de l'ONU a fait réagir les ambassadeurs occidentaux. Gérard Araud, le représentant français au Conseil de Sécurité, parle de "responsabilité morale" de l'ONU. Très vite suivi par la Grande-Bretagne et l'Allemagne.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Reuters)

Le rapport sur la Syrie de la haut commissaire aux droits de l'homme de l'ONU, Navi Pillay, a fait réagir les ambassadeurs occidentaux à l'ONU. Après avoir affirmé dans son rapport que la répression aurait fait "probablement plus"  de 5.000 morts, l'ambassadeur de France aux Nations unies Gérard Araud a déclaré que l'ONU "était moralement responsable de ce qui se passe aujourd'hui en Syrie".   "La situation est épouvantable, effroyable" , a-t-il ajouté.

Directement visé, la Russie et la Chine qui avaient empêché le 4 octobre, par un double véto, un projet de résolution condamnant la Syrie. 

L'ambassadeur britannique à l'ONU Mark Lyall Grant pense "que l'ONU doit agir". De son coté, l e répresentant allemand juge "intolérable que le Conseil soit condamné à demeurer silencieux". Les Etats-Unis s'est dit "troublé" par le rapport. Plus étonnant, le terme a été repris par Vitali Tchourkine, l'ambassadeur russe à l'ONU, qui s'est dit aussi "troublé". *

  • Le rapport de Navi Pillay évoque "une tendance à l'usage systématique et étendu de la torture lors des interrogatoires" et la mort de plus 300 mineurs tués par les forces syriennes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.