Cet article date de plus de dix ans.

La présidente sortante a été aisément reconduite à la tête du pays dimanche, avec 53,42 % des suffrages.

Son principal rival, le socialiste Hermès Binner a quant à lui obtenu 17,18 % des voix. Christina Kirchner s"est dite « impressionnée » et « reconnaissante » de cette réélection dès le premier tour.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La présidente sortante Christine Kirchner a été reconduite à la tête de l'Argentine le 23 octobre 2011. (DANIEL GARCIA / AFP)

Son principal rival, le socialiste Hermès Binner a quant à lui obtenu 17,18 % des voix. Christina Kirchner s"est dite « impressionnée » et « reconnaissante » de cette réélection dès le premier tour.

A la suite de l"annonce de sa réélection, Christina Kirchner s"est rendue sur la place centrale de la capitale argentine, Buenos Aires, où elle s"est adressée à la foule présente, avant de danser pendant un long moment aux côtés de son colistier, le ministre de l'Economie Amado Boudou. "Je veux remercier cette foule de jeunes argentins qui ont à nouveau récupéré la Place de Mai", a dit la présidente, qui devrait être en mesure de retrouver la majorité perdue en 2009 à la Chambre des députés et au Sénat.

Son opposant Hermes Binner a reconnu sa défaite en félicitant « Mme la présidente », avant de rappeler que pour la première fois, les socialistes ont dépassé le parti radical, dont le candidat Ricardo Alfonsin a obtenu 11,43 % des suffrages.

Christina Kirchner a souligné que plusieurs homologues d"Amérique latine l'avaient appelée pour la féliciter, dont la présidente du Brésil Dilma Rousseff qui a eu "des mots très affectueux". Le président vénézuélien Hugo Chavez a pour sa part salué "le soutien sans appel" que les Argentins ont apporté à Mme Kirchner . Pour être élue au premier tour, Mme Kirchner devait obtenir soit plus de 45% des voix, soit plus de 40% avec une avance de plus de 10 points sur son principal rival.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.