La mort lente du chèque de voyage

Symbole du voyage pendant de nombreuses années, le traveler cheque serait en voie de disparition. American Express, le numéro un de ce moyen de paiement, aurait décidé de ne plus en proposer en France, selon plusieurs sources. Le chèque de voyage qui remonte au 19e siècle a finalement été tué par la carte bancaire.

Un chèque de voyage American Express
Un chèque de voyage American Express (creative commons)
L’annonce figure sur un site de change : «Depuis le début du mois de mai 2013, nous ne proposons plus de Travelers Cheques American Express à la vente à nos guichets. American Express nous a informé de la fin de tout approvisionnement de Travelers Cheques en France très prochainement ».

La principale société éditrice de ces chèques de voyage, American Express, ne communique pas sur cette décision mais la confirme.  «Nous vous confirmons que le groupe a pris la décision d'arrêter l'émission de traveller chèques en fin d'année dernière en France », précise BFM . « American Express a pris la décision d’arrêter la vente de Travelers Cheques American Express en France depuis le 30 juin 2013 », détaille le site de change Kanoo.

Il faut dire que les cartes bancaires, internationales notamment, ont rendu largement obsolète ce moyen de paiement. Le «traveler chèque» permettait pourtant de voyager avec d’importantes sommes d’argent d’un bout à l’autre de la planète sans risque, puisqu’en cas de perte, la société émettrice vous les remplaçait. Il offrait cette possibilité aux jeunes notamment qui ne disposaient pas encore de comptes en banque.
 
Le chèque de voyage s’obtenait auprès des banques, et notamment d’American Express, l’inventeur en 1891 du traveler check moderne. Cette innovation importante dans l’histoire du tourisme a permis à des millions de personnes de voyager.

Il suffisait de donner de l’argent à l’émetteur du chèque qui, en échange, vous donnait un carnet de chèques avec des coupures plus ou moins grosses, moyennant une commission. Ces chèques étaient porteurs d’un numéro et d’une signature. Une fois parti en voyage, il suffisait de présenter ces chèques, de les contre-signer devant la personne habilitée à les encaisser (banque, commerce, hôtel…). Le commerçant se faisait ensuite payer par l’émetteur.
 
Ce système permettait de payer à peu près partout, d'emporter de l’argent en toute sécurité (à condition de conserver les numéros des chèques) et même de garder les chèques non utilisés pour les voyages suivants, ceux-ci étant valables indéfiniment.

Mais ce type de paiement a été largement concurrencé par l'arrivée des cartes de crédit, des distributeurs de billets, de la création de la zone euro... Le site américain budgettravel explique que désormais de nombreux commerces refusent les chèques de voyage. Le chèque de voyage, avec son côté rétro,  n'est pas officiellement mort, mais sa disparition progressive a largement commencé.