Cet article date de plus de huit ans.

La mort d'Erich Priebke, nazi sans remords

C'était un des derniers criminels de guerre nazis encore en vie. Erich Priebke est mort ce vendredi à Rome où il était assigné à résidence depuis sa condamnation à la prison à vie en 1998. L'ancien officier SS avait ordonné le massacre de 335 civils en mars 1944 près de Rome.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Maxppp)

Erich Priebke est mort. L'ancien capitaine SS centenaire s'est
éteint chez son avocat vendredi à Rome. Il y était consigné depuis quinze ans et sa
condamnation à la prison à vie pour le massacre des fosses Adréatines près de
Rome. En 1944, il commandait les troupes SS chargées des représailles après la
mort de 33 soldats allemands tués par des partisans italiens. 335 otages civils,
dont 75 juifs, avaient été abattus d'une balle dont la nuque.

Un massacre pour lequel l'ex-officier nazi n'a jamais
exprimé de remords. Avant d'être extradé vers l'Italie pour être jugé, Erich
Priebke a passé plus de 40 ans de sa vie en Argentine. En 1994, quand un
journaliste de la chaîne américaine ABC l'interroge dans la rue sur le
massacre, il reconnaît sans ambages sa participation mais rejette la faute sur
sa hiérarchie.

Il a fallu attendre 1998 et son procès pour
"participation à des meurtres répétés contre des citoyens italiens,
aggravés de cruauté
" pour que Priebke exprime un peu de regret : "une
chose terrible, une tragédie personnelle. Si j'avais pu arrêter cette horreur,
je l'aurais fait. Ma mort n'aurait pas permis de sauver des innocents
".

D'après son avocat italien, l'ancien capitaine SS a laissé
"un testament humain et politique " mais sans préciser son contenu. Fin
juillet, les 100 ans d'Erich Priebke avait donné lieu à un rassemblement
de néo-nazis devant son domicile. Sept d'entre eux avaient été interpellés par
la police italienne.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.