La justice suspend le processus d'indépendance de la Catalogne

Comme attendu, le tribunal constitutionnel espagnol a gelé mercredi le processus de sécession de la Catalogne engagée par le Parlement de cette région qui se voudrait autonome.

(Le drapeau espagnol et le drapeau catalan ©maxPPP)

Le Tribunal constitutionnel espagnol a accepté mercredi d'examiner le recours déposé par le gouvernement de Madrid afin d'invalider la résolution en faveur de l'indépendance, adoptée lundi par le parlement de Catalogne. Conséquence juridique directe : cette décision gèle tout processus de sécession.

 

Le tribunal prévient que les principaux dirigeants du parlement catalan, où les indépendantistes sont majoritaires, devront mettre en œuvre ce jugement sous peine d'être relevés de leurs fonctions et de faire face à des poursuites judiciaires. Le texte qu’ils ont approuvé lundi se donne pour objectif de faire accéder la Catalogne à l'indépendance d'ici 18 mois et de la doter d'institutions étatiques.

"Défendre l’intégrité du pays"

"Il ne s'agit pas seulement de réagir à la résolution adoptée par le parlement, il s'agit de défendre l'intégrité du pays ", a déclaré le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy en annonçant la saisine de la cour constitutionnelle. "Il s'agit d'un mépris manifeste des institutions de l'Etat. Ils tentent d'anéantir la démocratie. Je ne le permettrai pas ", a insisté Mariano Rajoy lors d'une conférence de presse à l'issue du conseil des ministres. 

Le gouvernement catalan a immédiatement réagi. Il "continuera à mettre en oeuvre le projet séparatiste détaillé dans la résolution adoptée par le parlement régional lundi, en dépit de sa suspension par la Cour constitutionnelle ", a déclaré sa vice-présidente. "La volonté politique du gouvernement catalan est d'aller de l'avant concernant le contenu de la résolution approuvée lundi ", a déclaré Neus Munte, après la décision de la cour.