Cet article date de plus de neuf ans.

La Française Christine Lagarde a été désignée mardi directrice générale du Fonds monétaire international

L'actuelle ministre de l'Economie succède ainsi à un autre Français, Dominique Strauss-Kahn, démissionnaire après avoir été arrêté à New York le 14 mai dernier pour crime sexuel.La nomination de Mme Lagarde ne faisait plus de doute après le soutien que lui ont apporté mardi les Etats-Unis, premiers actionnaires de l'institution.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 5 min.
La ministre de l'Economie Christine Lagarde (archives) (AFP - Eric Piermont)

L'actuelle ministre de l'Economie succède ainsi à un autre Français, Dominique Strauss-Kahn, démissionnaire après avoir été arrêté à New York le 14 mai dernier pour crime sexuel.

La nomination de Mme Lagarde ne faisait plus de doute après le soutien que lui ont apporté mardi les Etats-Unis, premiers actionnaires de l'institution.

Le FMI, aux prises avec une profonde crise économique en Grèce, a annoncé dans un communiqué que son conseil d'administration avait choisi Mme Lagarde, 55 ans, pour un mandat de cinq ans qui doit commencer le 5 juillet.

"Je suis honorée et ravie que le conseil d'administration me confie le poste de directrice générale du FMI", a réagi Mme Lagarde sur le site internet Twitter, cinq minutes après l'annonce officielle.

Mme Lagarde avait un seul candidat face à elle, le gouverneur de la Banque du Mexique Agustin Carstens, 53 ans. Tous deux ont fait campagne dans le monde entier, avant de plaider leur cause devant les 24 membres du conseil d'administration. M. Carstens a salué la désignation de sa rivale, la qualifiant de "dirigeante très compétente".

Le FMI a précisé que son conseil d'administration était parvenu à cette décision "par consensus", sans plus de détail sur la répartition des soutiens aux deux candidats.

La désignation de Christine Lagarde à la tête du FMI est "une victoire pour la France" et "la présidence française se réjouit qu'une femme accède à cette importante responsabilité internationale", a affirmé l'Elysée à l'AFP.

Depuis 1946, une convention tacite donne à l'Europe la direction du Fonds et aux Etats-Unis la présidence de la Banque mondiale. Bien qu'elle soit très critiquée par des pays émergents, Européens et Américains n'ont pas décidé quand ils mettraient un terme à cette tradition.

Christine Lagarde souhaiterait parler à DSK, son prédécesseur au FMI

Interrogée par TF1 au sujet de Dominique Strauss-Kahn, Mme Lagarde a répondu : "Je souhaite lui parler longuement, parce qu'un successeur doit parler à son prédécesseur et que j'ai à apprendre aussi de ce qu'il peut me dire, de son appréciation sur le Fonds".

"Je ferai ce qu'il est possible de faire selon le droit américain. Je ne veux ni gêner sa défense, ni prendre position de quelque manière que ce soit à l'égard des faits qui lui sont reprochés", a-t-elle ajouté.

Selon Christine Lagarde, l'arrestation de DSK a "été un coup très brutal pour l'institution" que constitue le FMI. "Chacun l'a sûrement vécu avec douleur", car Dominique Strauss-Kahn était un "directeur général admiré, qui a fait un bon travail".

DSK a dû abandonner ses fonctions à la tête de l'organisation de Washington après avoir été inculpé pour délits sexuels.

Qui pour succéder à Christine Lagarde au gouvernement ?

La ministre de l'Economie et des Finances Christine Lagarde, désignée à la tête du Fonds monétaire international, participera mercredi au conseil des ministres, a-t-on déclaré à Reuters de source gouvernementale.

Sa nomination doit entraîner un remaniement gouvernemental à brève échéance, selon toute vraisemblance après le conseil des ministres.

Mme Lagarde a dit mardi qu'elle ne savait pas qui lui succéderait au ministère de l'Economie, des Finances et de l'Industrie.
"Je n'ai pas de préférence, j'espère simplement que la personne qui me succédera préservera et sécurisera les équipes qui ont travaillé autour de moi", a-t-elle dit sur LCI, jugeant ces personnes "indispensables au pays dans les grands dossiers que sont le G20, la situation en Europe, la situation dans la zone euro."

Christine Lagarde aussitôt aux manettes
La toute nouvelle directrice générale du FMI a lancé mardi un appel à "l'entente nationale" politique en Grèce pour voter les mesures d'austérité proposées par le gouvernement sous la pression du FMI et l'Union européenne.

"Si j'ai un message à faire passer ce soir concernant la Grèce, c'est un appel à l'opposition politique grecque pour qu'elle rejoigne dans une entente nationale le parti qui est actuellement au pouvoir. Il y va vraiment du destin d'un pays", a conclu Mme Lagarde.

L'affaire Tapie, caillou dans la chaussure de Christine Lagarde

Mme Lagarde s'est déclarée mardi "sereine" quant à l'issue d'une éventuelle enquête sur l'affaire Tapie.
"Je suis totalement sereine. J'ai toujours agi dans le respect de la loi, sans avantager personne", a-t-elle déclaré sur TF1.

Christine Lagarde reste sous la menace d'une enquête pénale en France dans l'affaire de l'arbitrage ayant rapporté 285 millions d'euros en 2008 à Bernard Tapie.

Une décision sur l'éventuelle ouverture d'une enquête pour "abus d'autorité" sera annoncée le 8 juillet par la commission des requêtes de la Cour de justice de la République (CJR), une juridiction dédiée aux actes commis par les ministres dans l'exercice de leurs fonctions.

Toutefois, si une enquête était ouverte, option jugée la plus probable par plusieurs sources judiciaires consultées par Reuters, Christine Lagarde bénéficierait vraisemblablement d'un répit.

En effet, le procureur général de la Cour de cassation Jean-Louis Nadal, qui a demandé en mai l'ouverture de cette enquête, part en retraite le 30 juin et tant qu'il ne sera pas remplacé, l'enquête ne pourra pas effectivement démarrer.

Seul son remplaçant sera habilité à rédiger le réquisitoire introductif qui saisirait trois magistrats de la commission d'instruction de la CJR. La nomination du nouveau procureur ne pourra pas intervenir avant l'automne en raison des procédures nécessaires devant le Conseil supérieur de la magistrature.

Parmi les favoris pour le poste figure l'actuel procureur du tribunal de Paris Jean-Claude Marin. Cet ancien haut fonctionnaire au ministère de la Justice sous le second mandat présidentiel de Jacques Chirac est considéré comme un proche de l'actuelle majorité de Nicolas Sarkozy.

Si la commission des requêtes ordonne une enquête, elle sera cependant obligatoirement ouverte, tôt ou tard, avec en perspective une audition, voire une mise en examen de Christine Lagarde, qui ne bénéficie pas a priori d'une immunité au FMI.

Le dossier porte sur la revente de l'équipementier sportif Adidas en 1993, dans laquelle Bernard Tapie dit avoir été floué par le Crédit lyonnais, alors banque publique.

Le procureur Jean-Louis Nadal reproche à Christine Lagarde le choix en 2007, contre l'avis des services du ministère, d'un arbitrage privé, préféré à la voie judiciaire alors même que l'Etat avait gagné en 2006 en cassation.

Les conditions dans lesquelles la convention d'arbitrage a été modifiée pour permettre l'attribution de 45 millions d'euros au seul titre du "préjudice moral" sont mises en cause.

Lire aussi :

>>

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.