Cet article date de plus de douze ans.

La Corée du Nord tire 7 missiles

La Corée du Nord a de nouveau tiré samedi 7 missiles de courte portée en mer du Japon, depuis sa côte orientale
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
La Corée du Nord a de nouveau tiré samedi 7 missiles de courte portée en mer du Japon, depuis sa côte orientaleLa Corée du Nord a de nouveau tiré samedi 7 missiles de courte portée en mer du Japon, depuis sa côte orientale

Ces tirs, perçus comme un message aux Etats-Unis qui célébraient le 4 juillet leur fête nationale, constituent une violation flagrante de plusieurs résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU interdisant au régime communiste tout essai nucléaire ou tir de missile.

Pour le vice-président Joseph Biden, Pyongyang cherche à "attirer l'attention".

Joseph Biden a déclaré dimanche à ABC ne pas vouloir accorder à ces essais une attention démesurée, mais plutôt chercher à accroître l'isolement international de Pyongyang.

"Je pense que notre politique a été exactement la bonne jusqu'à présent", a affirmé le vice-président américain. "Nous avons réussi à unir les pays les plus importants et les plus critiques vis-à-vis de la Corée du Nord sur une voie commune visant à accroître l'isolement" de ce pays, a-t-il ajouté.

En réponse à l'essai nucléaire nord-coréen du 25 mai, le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté en juin la résolution 1874 qui prévoit un système renforcé d'inspection des cargaisons aériennes, maritimes et terrestres à destination ou en provenance de Corée du Nord, y compris en haute mer, et un élargissement de l'embargo sur les armes.

La pression internationale s'accroît

Le changement d'attitude de la Russie et de la Chine, qui ont soutenu cette résolution, a marqué, selon M. Biden, "un tournant significatif dans la pression" internationale à l'encontre de Pyongyang.

Samedi, le département d'Etat américain avait appelé Pyongyang à ne pas "aggraver les tensions" après la nouvelle série de tirs, à "se concentrer sur les négociations de dénucléarisation et la mise en oeuvre de ses engagements" internationaux.

Le chef d'état-major interarmées américain, l'amiral Michael Mullen n'a pour sa part pas exclu que Pyonyang ait toujours l'intention de lancer un missile de longue portée en direction de Hawaii.

Selon l'agence de presse sud-coréenne Yonhap, les missiles tirés sont des Scuds ou des Rodong-1, dont la portée théorique (1.000-1.300 km) a été bridée. D'une portée de 400 à 500 km, ils ont été lancés depuis la base de Kitdaeryong, près du port nord-coréen de Wonsan (est), a indiqué l'état-major sud-coréen.

Le ministère sud-coréen des Affaires étrangères a exprimé son "profond regret" face aux agissements du Nord "au mépris des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU". Le Japon a condamné "un grave acte de provocation".

Ulcéré par les manoeuvres annuelles entre la Corée du Sud et les Etats-Unis, Pyongyang procède régulièrement à des exercices et des tirs de missiles, généralement lorsqu'il cherche à manifester son mécontentement ou à peser sur des négociations en cours.

Les derniers mois ont vu une nouvelle escalade de la Corée du Nord, l'un des pays les plus secrets et fermés au monde. Elle a culminé quand le régime communiste a lancé un nouveau défi à la communauté internationale en effectuant, le 25 mai, son deuxième essai nucléaire depuis 2006.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.