La Corée du Nord redémarre un réacteur nucléaire

Alors que l'escalade de tensions continue entre la Corée du Nord d'une part, et la Corée du Sud et les Etats-Unis d'autre part, Pyongyang a annoncé son intention de réactiver un site nucléaire, dont un réacteur était à l'arrêt depuis 2007. Un redémarrage qui pourrait être synonyme d'une reprise de l'enrichissement d'uranium.

(Maxppp)

S'agit-il d'une nouvelle provocation
du régime nord-coréen contre ses ennemis sud-coréen et américain ?
Officiellement non. Le redémarrage du complexe nucléaire de Yongbyon a pour
objectif de "renforcer l'arsenal nucléaire à la fois en quantité et en
qualité
" afin de résoudre de "graves pénuries "
d'électricité, selon un porte-parole du programme d'énergie nucléraire.

Mais ce complexe nucléaire
inclut notamment un site d'enrichissement d'uranium, et un réacteur de cinq
mégawatts, fermé en 2007. Il était alors la seule source de plutonium
disponible pour un programme nucléaire militaire. Depuis 2006, la Corée du
Nord, puissance militaire, a procédé à trois essais de bombes nucléaires.

La Corée du Sud promet
une "sévère riposte "

En 2007, le régime avait
accepté d'interrompre ses activités atomiques en échange d'aides sur le plan
économique, mais à plusieurs reprises cette interruption a été remise en cause.
En 2010 par exemple les autorités avaient fait savoir qu'elles travaillaient
sur un nouveau projet de réacteur nucléaire.

Cette annonce prend une
dimension particulière dans le contexte actuel de tensions entre la Corée du
Nord d'un côté, et Séoul et Washington de l'autre. Lundi, la présidente
sud-coréenne Park Geun-Hye a menacé d'une "riposte sévère et immédiate (...)
si le Nord s'aventure à une provocation contre notre population".

Les Etats-Unis,
de leur côté, ont positionné au large de la Corée du Sud un destroyer capable
d'intercepter des missiles. La veille, des avions F-22 Raptor américains
étaient arrivés sur le territoire sud-coréen.