Cet article date de plus de dix ans.

La capitale somalienne a été secouée lundi par un attentat suicide à la camionnette piégée

L'acte, qui visait un centre d'entraînement de la police somalienne, a fait au moins neuf morts, selon l'AFP. Reuters avance le chiffre de 17 tués.Le groupe islamiste Al Chabaab (La Jeunesse), qui s'inspire de l'idéologie d'Al Qaïda, a revendiqué cette opération. Quatre des victimes sont des kamikazes.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un policier somalien sur les ruines d'un bâtiment attaqué par l'attentat suicide du 21 février, à Mogadiscio (AFP PHOTO / ABDURASHID ABDULLE ABIKAR)

L'acte, qui visait un centre d'entraînement de la police somalienne, a fait au moins neuf morts, selon l'AFP. Reuters avance le chiffre de 17 tués.

Le groupe islamiste Al Chabaab (La Jeunesse), qui s'inspire de l'idéologie d'Al Qaïda, a revendiqué cette opération. Quatre des victimes sont des kamikazes.

Sept policiers et six civils sont décédés selon un décompte de la police, qui prédit un bilan définitif encore plus lourd.

Selon le porte-parole de la police, Abdulahi Hasan Barise, quatre kamikazes, dont une femme et un homme à la peau blanche, ont mené l'attaque, en partie repoussée grâce à l'intervention des gardes à l'entrée du camp. "Ils ont utilisé un camion d'essence et plusieurs tonnes d'explosifs. Les gardes ont ouvert le feu, tuant deux des assaillants et blessant le conducteur du camion, qui a explosé en heurtant le portail", a expliqué M. Barise.

Dans un communiqué, le ministère de l'Information du gouvernement de transition (TFG) a donné un bilan de sept morts, dont deux enfants de 10 et 11 ans, et 35 blessés, et a condamné cette "attaque barbare".

Al Chabaab a décidé d'augmenter les attaques suicide
Cet attentat intervient après deux jours de combats à Mogadiscio qui ont fait 20 morts. La force de l'Union africaine en Somalie (Amisom), appuyée par des éléments du TFG, s'est opposée aux islamistes Al Chabaab.

Selon une source sécuritaire occidentale, le haut-commandement shebab s'est réuni les 9 et 10 février à Heliwa et Danyile, en périphérie nord de Mogadiscio, pour décider de nouvelles tactiques, en complément des habituelles activités militaires sur les lignes de front.

La hiérarchie Chabaab a ainsi décidé d'augmenter les attentats suicide, assassinats ciblés et attaques à la grenade, en recrutant de futurs kamikazes et en infiltrant une cinquantaine de ses combattants, armés de grenades et de pistolets, en zone gouvernementale, toujours selon la même source.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.