Cet article date de plus de dix ans.

L'Isaf a annoncé enquêter sur la mort présumée de 50 civils lors d'opérations militaires dans la province de Kunar

Le gouverneur de la province Fazlullah Wahidi a affirmé dimanche que "63 personnes avaient péri", la plupart dans des frappes aériennes, soit 13 insurgés, au moins 20 femmes, 27 garçons et hommes de 7 à 20 ans et 3 vieillards.La Force de l'Otan en Afghanistan mène des raids aériens et terrestres dans le district de Ghazi Abad depuis le 16 février.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Surveillance militaire aérienne, le 17 février 2011, en Afghanistan. (AFP/ADEK BERRY)

Le gouverneur de la province Fazlullah Wahidi a affirmé dimanche que "63 personnes avaient péri", la plupart dans des frappes aériennes, soit 13 insurgés, au moins 20 femmes, 27 garçons et hommes de 7 à 20 ans et 3 vieillards.

La Force de l'Otan en Afghanistan mène des raids aériens et terrestres dans le district de Ghazi Abad depuis le 16 février.

L'Isaf, qui a fait savoir qu'elle allait dépêcher des enquêteurs pour faire la lumière sur les "accusations de pertes civiles" lors d'opérations dans la province de Kunar, a dit être au courant des déclarations de Wahidi mais a ajouté que les éléments et les vidéos dont elle disposait montraient que 36 insurgés avaient été tués.

Pour sa part, le président afghan Hamid Karzaï a attribué dimanche à l'Otan la mort de ces civils. En 2010, il avait estimé que le fait que "des civils soient tués" par la coalition en Afghanistan était l'une des raisons de "l'absence de progrès" dans la "guerre contre le terrorisme".

Des images de Reuters Television prises dans un hôpital d'Asadabad, la capitale de la province de Kunar, montrent deux enfants soignés pour des blessures aux jambes, aux côtés de deux femmes également blessées.

La force internationale, composée aux deux tiers de soldats américains, est régulièrement accusée par les autorités locales de tuer des civils lors de ses opérations aériennes ou au sol contre les insurgés, ce qu'elle reconnaît parfois après enquête. La mort de ces civils nourrit le ressentiment de la population à l'égard des forces étrangères, plus de neuf ans après leur arrivée dans le pays.

Selon un rapport des Nations-Unies publié fin 2010, les pertes civiles ont augmenté de 20% en Afghanistan pendant les dix premiers mois de 2010 par rapport à la même période de 2009.

Attentat suicide dans le nord
Vingt-huit civils ont été tués lundi dans un attentat-suicide devant le siège d'une administration dans la province de Kunduz, région du nord de l'Afghanistan où la rébellion des talibans est très active, a annoncé le ministère de l'Intérieur. Un kamikaze a fait exploser la bombe qu'il portait sur lui au milieu des gens faisant la queue devant le siège administratif du district.

La province de Kunduz est considérée comme particulièrement instable. Le 10 février, un gouverneur de district a été tué, en compagnie de deux autres personnes, par un kamikaze qui s'était fait exploser dans son bureau à Kunduz. Les insurgés ont multiplié les attentats meurtriers depuis fin janvier, faisant au moins 100 morts.

Attaque meurtrière d'une banque à l'est du pays

Trente-huit personnes ont été tuées et 71 blessées, la plupart des civils, dans l'attaque de l'agence de la Kabul Bank à Jalalabad, samedi, revendiquée par les talibans, selon un nouveau bilan dimanche qui en fait l'attentat le plus meurtrier en Afghanistan depuis juin.

Les assaillants, cinq kamikazes, étaient vêtus d'uniformes de la police et de l'armée. Ils ont pris d'assaut la banque, abattant des employés et des clients, dont de nombreux policiers venus chercher leur paie en ce dernier jour du mois en Afghanistan, avant de s'y retrancher et d'affronter la police durant plusieurs heures. Quatre des kamikazes ont pu actionner leurs ceintures d'explosifs, mais le cinquième a été arrêté. Il serait pakistanais.

Parmi les blessés figurent le chef adjoint de la police provinciale ainsi que le chef de la police criminelle de la province. Ils ont été transférés à la grande base américaine de Bagram, au nord de Kaboul, pour y être soignés.

La Kabul Bank, principale banque privée du pays, est l'un des établissements bancaires versant les salaires des fonctionnaires, parmi lesquels policiers et militaires.

Cette attaque à Jalalabad, la plus meurtrière depuis un attentat suicide de juin 2010 au milieu d'un mariage dans la province de Kandahar (50 morts et 87 blessés), intervient après une attaque le 12 février, à partir d'un bâtiment situé en face du siège de la police de Kandahar qui avait au moins 16 morts, et d'un attentat suicide au minibus piégé contre un poste de police de Khost, vendredi, qui a tué neuf personnes.

L'est de l'Afghanistan est, avec le sud, bastion des talibans, considéré comme plus instable que le nord et l'ouest, même si l'insurrection a gagné du terrain hors de ses fiefs traditionnels depuis deux ans.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.