Cet article date de plus de treize ans.

L'Iran demande le dialogue, critique les sanctions

L'Iran a demandé lundi aux grandes puissances de "revoir leur politique" et de "dialoguer" de son programme nucléaire
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Site nucléaire iranien (© F2)
L'Iran a demandé lundi aux grandes puissances de "revoir leur politique" et de "dialoguer" de son programme nucléaireL'Iran a demandé lundi aux grandes puissances de "revoir leur politique" et de "dialoguer" de son programme nucléaire

Téhéran a affirmé que de nouvelles sanctions de l'empêcheraient pas de le poursuivre.

"C'est le bon moment pour les autres parties de revoir leur politique. Plutôt que de s'opposer à l'Iran ils devraient dialoguer avec l'Iran",a dit le porte-parole de la diplomatie iranienne Hassan Ghashghavi lors d'un point de presse diffusé sur la chaîne Press-TV.

"L'expérience passée a montré la futilité des sanctions. Des sanctions ne nous empêcheront pas de défendre nos droits légaux", a affirmé M. Ghashghavi.

Les six puissances impliquées dans les discussions avec Téhéran-Chine, Etats-Unis, Allemagne, Russie, France et Grande-Bretagne- doivent faire le point sur le dossier nucléaire iranien en septembre.

Elles attendent d'ici là une réponse à leur offre de dialogue à l'Iran. A défaut les Etats-Unis devraient pousser à l'adoption de nouvelles sanctions internationales contre la République islamique à cause de son refus de suspendre son programme nucléaire. Ces sanctions pourraient aussi être unilatérales dans le cas de Washington.

La chancelière allemande Angela Merkel a envisagé pour la première fois vendredi des sanctions dans le secteur de l'énergie en cas d'échec des discussions sur le programme iranien.

L'Iran estime être en droit de poursuivre notamment son enrichissement d'uranium, alors que le Conseil de sécurité a exigé à plusieurs reprises qu'il le suspende.

Les grandes puissances craignent que le programme nucléaire iranien puisse être détourné à des fins militaires, alors que la République islamique a toujours démenti de telles intentions.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.