L'ex-dictateur Manuel Noriega extradé vers le Panama

Toutes les justices s'arrachent Manuel Noriega. Après avoir purgé deux peines de prison aux États-Unis et en France, l'ex-dictateur panaméen retrouve aujourd'hui son pays pour y être rejugé de deux crimes.

(AFP)
  1. En se hissant à la tête de l'armée panaméenne, Manuel Noriega ne se doutait pas que son règne ne durerait que six ans, et qu'il passerait le restant de sa vie derrière les barreaux. Il est alors informateur de la CIA, au faîte de sa puissance, et dirige son pays d'une main de fer.

Mais ses relations avec les Etats-Unis se dégradent au fur et à mesure qu'il tisse des liens avec le cartel de la drogue colombien de Medellin. L'armée américaine met fin à son règne en 1989. Jugé par les Américains pour trafic de drogue, blanchiment d'argent et racket, il y est incarcéré 22 ans.

Écroué à la Santé

Dans un même temps, le Panama le condamnait par contumace dans trois affaires d'homicide. Mais c'est vers la France qu'il est extradé, en avril 2010. Jugé pour blanchiment de fonds provenant du trafic de cocaïne, il est de nouveau condamné à 7 ans de prison et purge sa peine à la prison de la Santé. Le Panama le réclame. Extradition acceptée par les autorités françaises.

Ce matin, Manuel Noriega a donc quitté Paris avant le lever du jour, à 8 heures, à bord d'un avion d'Iberia. Les autorités panaméennes l'attendent de pied ferme en début d'après-midi. Elles devraient l'écrouer dans une prison en pleine jungle.