L'épave "désintégrée" de l'avion d'Air Algérie localisée dans le nord du Mali

L'épave du vol AH5017 a été découverte dans la région de Gossi, à proximité de la frontière du Burkina Faso. Une information confirmée très tôt ce vendredi matin par l'Elysée.

(L'avion a été découvert près de la frontière du Burkina Faso|IDE)

 Alors que des informations contradictoires ont circulé au cours de la soirée de jeudi,  le président malien notamment Ibrahim Boubacar Keïta affirmait que l'avion avait été retrouvé à la frontière algérienne, c'est désormais officiel : dans un communiqué publié peu avant 3h, la présidence de la République annonce que "l'épave de l'avion d'Air Algérie disparu jeudi a été localisée cette nuit au Mali, dans la région de Gossi, à proximité de la frontière du Burkina Faso". Et que "l'appareil a été clairement identifié malgré son état désintégré".

Selon le ministère de la Défense, l'épave a été localisée grâce à un drone Reaper français. Puis l'identification a été confirmée par un détachement militaire français arrivé sur place à bord d'hélicoptères venus de la base de Gao.

La découverte de l'avion avait été annoncée dès 21h jeudi soir par le chef d'état-major particulier de la présidence burkinabè, le général Diendéré. C'est donc une équipe venue du Burkina Faso qui a localisé l'avion en territoire malien, sur la base d'informations fournies par des gardiens de troupeaux. "L'équipe a confirmé avoir vu les restes de l'avion, complètement brûlés et éparpillés sur le sol. Malheureusement, l'équipe n'a vu personne sur le site. Elle n'a pas vu de survivants " a précisé le général burkinabé.

 

"Nous venons de retrouver l'avion" a indiqué le général burkinabé Gilbert Diendiéré interrogé sur RFI
--'--
--'--

Selon Louis Berthaud, un habitant de Gossi, joint  par téléphone par Reuters, l'avion aurait pu être frappé par la foudre. Les témoins du crash "disent qu'il était en feu quand il est tombé, avant de s'écraser."

Un détachement français envoyé sur place

Dans le communiqué publié ce vendredi matin, l'Elysée annonce qu'un "détachement militaire français a été envoyé sur place pour sécuriser le site et recueillir de premiers éléments d'information". Cela fait même plusieurs heures déjà  que les soldats français sur place sont mobilisés. Et notamment un groupement tactique d'un millier d'hommes à Gao. Et il y a aussi des forces spéciales basées à Ouagadougou au Burkina Faso.

Les forces de l'Onu,  la Minusma, devraient également être présentes dans le secteur, ce qui devrait aider les investigations. Le président malien Ibrahim Boubacar Keita doit se rendre sur les lieux du crash dans la journée.

Un avion porté disparu dans la nuit de mercredi à jeudi

Le vol AH5017 d'Air Algérie avait décollé de Ouagadougou à destination d'Alger peu après minuit jeudi. Il avait disparu des écrans radar cinquante minutes après son décollage. Le commandant de bord avait demandé un changement de cap "pour éviter une masse nuageuse". A son bord plus de 110 passagers de quinze nationalités différentes dont 51 Français et six membres d'équipage. Un équipage espagnol qui n'avait semble-t-il que peu d'expérience de vol avec cet appareil, un McDonnell Douglas MD-83.

 

 

A LIRE AUSSI ►►► Crash du vol AH5017 d'Air Algérie : les hypothèses

A LIRE AUSSI ►►► TÉMOIGNAGES | Sept membres d'une même famille parmi les victimes du vol AH5017