Cet article date de plus de dix ans.

L'attentat-suicide à l'aéroport de Domodedovo de Moscou pourrait avoir été commis par une kamikaze et un complice

C'est ce que révèle mardi une source policière citée par Ria-Novosti, selon qui le mode opératoire est celui pratiqué habituellement par les rebelles du Caucase. Dernier bilan: 35 morts et plus de 150 blessés, dont 86 restaient hospitalisés mardi.Dmitri Medvedev a déclaré que les "repaires" des responsables de l'attentat doivent être "liquidés".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 4 min.
Evacuation des blessés à l'aéroport Moscou-Domodedovo après un attentat-suicide, le 24 janvier 2011. (AFP/ANDREY SMIRNOV)
C'est ce que révèle mardi une source policière citée par Ria-Novosti, selon qui le mode opératoire est celui pratiqué habituellement par les rebelles du Caucase. Dernier bilan: 35 morts et plus de 150 blessés, dont 86 restaient hospitalisés mardi.

Dmitri Medvedev a déclaré que les "repaires" des responsables de l'attentat doivent être "liquidés".

L'agence Interfax, citant une source policière, a indiqué qu'au moins un Britannique avait été tué. Par ailleurs, selon le ministère de la Santé, au moins un Français, Frédéric Ortiz (selon la transcription depuis l'alphabet cyrillique), et un Italien, Romano Rosario ont été blessés. Une actrice slovaque, Suzana Fialova, un ressortissant serbe de 62 ans et un Allemand figurent également parmi les blessés. Le ministère de la Santé a fait état, selon un dernier bilan mardi, de 86 personnes hospitalisées dont une quarantaine dans un état grave ou très grave, selon l'agence russe Interfax.

Situé à une quarantaine de kilomètres au sud-est du centre de Moscou, Domodedovo est l'un des grands aéroports de la capitale russe.

L'attaque, qui rappelle le mode opératoire des insurgés islamistes du Nord-Caucase russe à majorité musulmane, n'a pas été revendiquée. Pour Itar-Tass, citant les forces de l'ordre, "l'explosif a été activé dans la zone des arrivées internationales par un terroriste kamikaze" à 16h32 locales lundi. Des dizaines d'internautes ont salué, en russe, le geste du kamikaze sur le site islamiste kavkazcenter.com.

A la suite de cet attentat, Dmitri Medvedev a ajourné, jusqu'à nouvel ordre, son départ en Suisse prévu mardi pour assister au Forum économique mondial de Davos. Le président russe a promis la capture et la punition des organisateurs de cet attentat.
Ils "seront traqués et punis", écrit le chef du Kremlin sur son compte Twitter. Mardi, estimant que le terrorisme restait "la menace la plus sérieuse" pour la Russie, le chef de l'Etat russe a déclaré: ""Nous devons tout faire pour que les bandits qui ont commis ce crime soient identifiés et traduits en justice, et que les repaires de ces bandits soient liquidés".

Le président russe a ordonné un régime de sécurité spécial dans les transports. La police a été placée en état d'alerte dans le métro et les aéroports Cheremetievo et Vnukovo.

Dmitri Medvedev a estimé mardi que la direction de l'aéroport moscovite de Domodedovo devrait répondre de cet attentat. "Ce qui s'est passé montre clairement qu'il y a eu des violations des règles de sécurité. Il a vraiment fallu en faire pour apporter, ou faire passer une telle quantité d'explosifs" dans l'aéroport, a déclaré M.Medvedev. "Tous ceux qui ont des responsabilités, ceux qui prennent des décisions et la direction de l'aéroport devront répondre de tout. C'est un acte de terreur. C'est une tragédie", a conclu le chef de l'Etat russe.

Il s'agit d'un "attentat terroriste", a déclaré le porte-parole du comité d'enquête, Vladimir Markine. "Le kamikaze s'est fait exploser alors qu'il se trouvait parmi la foule qui attendait les voyageurs", a indiqué une autre source policière citée par RIA. La bombe était d'une puissance de 5 à 7 kg de TNT et remplie de fragments de métal, selon la même source. Une source policière avait confié lundi à l'agence Interfax que la tête de l'auteur présumé de l'attentat - "de type arabe" "âgée de 30 à 35 ans"- avait été trouvée sur les lieux du drame.

Trois personnes soupçonnées d'être impliquées dans l'attentat et filmées par les caméras de l'aéroport sont actuellement recherchées, a indiqué une source policière à Interfax.

La capitale russe a été visée en mars 2010 par l'attentat le plus sanglant en six ans, une double attaque suicide dans le métro commise par deux femmes kamikazes originaires du Daghestan, dans le Nord-Caucase, qui avait fait 40 morts.

Des réactions unanimes
Dans un communiqué, le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, s'est dit "choqué" par cet attentat mais aussi solidaire de Moscou dans sa lutte contre le terrorisme. Le président de l'Union européenne, Herman Van Rompuy, s'est dit "scandalisé" par l'attentat, appelant à poursuivre et à "punir" ses auteurs.

Le chef de l'ONU, Ban Ki-moon, est "horrifié", selon Farhan Haq, uhn porte-parole qui a ajouté: M.Ban "condamne cet acte de violence déplorable et injustifiable contre des innocents" et exprime ses "plus profondes condoléances" aux familles des victimes et sa "solidarité" avec le gouvernement et le peuple russes.

Quant au président américain, Barak Obama, il a condamné "fermement" un "acte révoltant". Son porte-parole Robert Gibbs a indiqué que les autorités US se tenaient "prêtes à aider" Moscou "pour tout ce que le gouvernement russe veut ou dont il a besoin" dans le cadre de l'enquête sur cette attaque.

"La Chine condamne les attaques terroristes de toutes sortes et soutient fermement les mesures prises par la Russie pour lutter contre le terrorisme", a écrit le président chinois Hu Jintao à son homologue russe Dmitri Medvedev, selon l'agence Chine nouvelle. M.Hu a également proposé un renforcement de la coopération sino-russe dans la lutte contre l'activisme islamique.

Le président français Nicolas Sarkozy, qui a condamné un attentat "odieux", a dénoncé un "acte terroriste barbare et lâche". Le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, a condamné un acte "barbare" et injustifiable. A Rome, Franco Frattini, le ministre des Affaires étrangères, a condamné un acte "barbare et injustifiable". Le Premier ministre britannique David Cameron a condamné "vivement" cet "attentat épouvantable".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.