Cet article date de plus d'onze ans.

L'armée commet "viols", "tueries" et "pillages" en République démocratique du Congo, selon un émissaire de l'ONU

Les informations émanent de soldats de maintien de la paix de la Monusco (la Mission de l'ONU en République démocratique du Congo), a affirmé l'envoyée spéciale de l'ONU pour les violences sexuelles dans les conflits, Margot Wallström.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Casques bleus indiens de l'ONU à Goma, région du nord-Kivu en République démocratique du Congo (AFP - LIONEL HEALING)

Les informations émanent de soldats de maintien de la paix de la Monusco (la Mission de l'ONU en République démocratique du Congo), a affirmé l'envoyée spéciale de l'ONU pour les violences sexuelles dans les conflits, Margot Wallström.

"La possibilité que les mêmes communautés qui ont été brutalisées en juillet et en août par les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) et des éléments Maï-Maï souffrent maintenant d'exactions aux mains des troupes des FARDC est inimaginable et inacceptable", a-t-elle ajouté.

Jusqu'à 500 personnes, dont des enfants, ont été violées fin juillet-début août, par une coalition de combattants Maï-Maï et des FDLR dans 13 villages de l'est du pays, selon l'ONU.

L'envoyée spéciale a déclaré devant le Conseil de sécurité qu'elle était "très inquiète" à propos de ces attaques commises sur des civils. "Je demande au gouvernement de la RDC d'enquêter sans délai sur de telles exactions", a-t-elle dit.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.