Cet article date de plus de dix ans.

John Demjanjuk , 91 ans, a été condamné jeudi à 5 ans de prison pour participation au meurtre de 27.900 Juifs

le tribunal de Munich a estimé que cet apatride d'origine ukrainienne avait été garde au camp de Sobibor durant six mois en 1943 pendant lesquels près de 27.900 Juifs, essentiellement des Néerlandais, ont été exterminés.Le parquet allemand avait requis mardi 6 ans de prison.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
John Demjanjuk, mars 2011. (AFP - Sebastian Widmann)

le tribunal de Munich a estimé que cet apatride d'origine ukrainienne avait été garde au camp de Sobibor durant six mois en 1943 pendant lesquels près de 27.900 Juifs, essentiellement des Néerlandais, ont été exterminés.

Le parquet allemand avait requis mardi 6 ans de prison.

La peine demandée est inférieure à celle de la prison à vie, soit 15 ans, que le parquet aurait pu demander à l'encontre de M. Demjanjuk.

Le procureur Hans-Joachim Lutz a expliqué au tribunal avoir demandé seulement six ans car l'accusé, fait prisonnier par les Allemands pendant la seconde guerre mondiale, "ne s'est sûrement pas porté volontaire pour travailler dans un camp d'extermination", et a agi "comme simple exécutant".

Demjanjuk , qui avait été expulsé il y a deux ans des Etats-Unis où il vivait depuis les années 1950, après une longue bataille juridique centrée sur sa santé qu'il présente comme chancelante, a assisté aux débats en brancard ou en chaise roulante.

Son procès sera l'un des derniers des crimes nazis, avec celui du Hongrois Sandor Kepiro, 97 ans, qui vient de débuter à Budapest.

Jeudi, la justice bavaroise a refusé d'extrader le criminel de guerre nazi d'origine néerlandaise Klaas Faber, réclamé par les Pays-Bas. Il avait été condamné à mort aux Pays-Bas en 1947 pour avoir tué 22 juifs mais avait bénéficié d'un non-lieu en 1957 en Allemagne.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.