Tokyo : des milliers de Japonais dans la rue contre le nucléaire

Près de deux mois après le séisme et la catastrophe à la centrale de Fukushima, plusieurs milliers de personnes ont manifesté à Tokyo pour réclamer la fin de l’utilisation de l’énergie nucléaire. Hier, le Premier ministre japonais a demandé la fermeture d’une autre centrale à risque, dans le centre du pays.

(Radio France © France Info)

Plusieurs appels à manifester ont été lancés sur les réseaux sociaux. Les organisateurs espéraient 15.000 personnes à Tokyo. Ce matin, ils étaient finalement plusieurs milliers au moins rassemblés malgré la pluie dans un parc de la ville. Des étudiants, des syndicalistes et des parents avec leurs enfants sur les épaules ont manifesté sur fond de musique et de slogans dans le quartier des affaires de Shibuya, en déployant des banderoles sur lesquelles on pouvait lire: "Fermez tout de suite les centrales nucléaires!" ou encore "Plus de Fukushima!" .

Avant la catastrophe de Fukushima il y a presque deux mois, une cinquantaine de réacteurs étaient en activité au Japon et fournissaient un peu moins de 30% de l'électricité consommée dans le pays. Certains manifestants regrettaient aussi que les responsables politiques japonais n’aient pas pris clairement position en faveur ou pas du nucléaire.

Hier, le Premier ministre japonais a exigé la fermeture de la centrale d'Hamaoka dans le centre de l'archipel soumis à un fort risque sismique. Elle est située à moins de 200 km au sud-ouest de Tokyo et à une centaine de kilomètres de la métropole de Nagoya, au cœur d'une région industrielle. La décision a été prise "en raison d'inquiétudes pour la sécurité des populations" a précisé le Premier ministre, car il y a, selon des experts gouvernementaux, 87% de chances qu'un tremblement de terre de magnitude 8 voire plus touche la région de la centrale dans les 30 ans à venir.

Quant à la centrale de Fukushima, elle devrait être complètement démantelée.