Japon : premières recherches de cadavres à proximité de la centrale de Fukushima

Pour la première fois depuis le séisme, suivi du tsunami, il y a un mois, des policiers ont commencé à rechercher des corps dans la zone située à moins de 10 kilomètres de la centrale nucléaire de Fukushima. L'Empereur Akihito, de son côté, s'est rendu avec son épouse dans deux centres d'accueil de sinistrés, dans la préfecture de Chiba, près de Tokyo.

(Radio France © France Info)

Equipés de vêtements de protection, leurs recherches auront duré toute la journée, jusqu'au coucher du soleil. Les gestes des quelques 330 policiers ont été soigneusement pesés, afin qu'ils ne déchirent pas leurs vêtements de protection.
L'opération est en effet très délicate : les corps retrouvés -10 pour l'instant, dont certains retrouvés dans des voitures emportées par la vague- dégagent pour la plupart une forte radioactivité : avant d'être remis aux familles, ils doivent être "décontaminés". Selon la police japonaise, c'est une baisse des niveaux de radioactivité qui a permis de lancer les recherches dans cette zone située à moins de 10 km de la centrale.

Le 3 avril, la police avait déjà mené des recherches, mais dans une zone distante de 10 à 20 km du site nucléaire. Alors que selon des chiffres provisoires, 13.498 personnes ont été tuées par le séisme et le tsunami, alors que 14.734 autres sont toujours portées disparues.

L'Empereur Akihito dans la zone sinistrée

Après son intervention télévisée, le 16 mars dernier, déjà considérée comme historique, l'Empereur Akihito, accompagné son épouse Michiko, a effectué aujourd'hui sa première visite en zone sinistrée, à la rencontre des habitants de la préfecture de Chiba, près de Tokyo.
Ils ont visité deux centres d'accueil pour les habitants des zones évacuées à Asahi, à environ 85 km à l'est de Tokyo, près de la côte Pacifique.
L'Empereur et l'Impératrice doivent se rendre dans d'autres zones sinistrées au cours des semaines à venir.

Le Premier ministre, Naoto Kan, a pour sa part souhaité que les zones détruites soient reconstruites de façon à offrir une qualité de vie exemplaire.
"Je voudrais que vous me proposiez un plan qui permette au Japon de se rétablir et créer un meilleur environnement social pour la population" a-t-il affirmé lors de la première réunion d'un panel d'experts pour la reconstruction.
Dans un village proche de la centrale, un homme de 102 ans s'est donné la mort. Le doyen du village d'Ilate, située à 40 km de la centrale, n'a vraisemblablement pas supporté de devoir quitter sa maison.

Virginie Pironon, avec agences