Japon : des employés obligés de s'asseoir près des rails au passage d'un train lancé à 300 km/h

La compagnie a justifié cet exercice par la nécessité "d'enseigner à ses équipes de maintenance l'importance de chacun des aspects de leur travail".

La compagnie Central Japan Railway teste un nouveau prototype de train à grande vitesse dans une usine de Hamamatsu (Japon), le 10 mars 2018.
La compagnie Central Japan Railway teste un nouveau prototype de train à grande vitesse dans une usine de Hamamatsu (Japon), le 10 mars 2018. (TAKUMI HARADA / YOMIURI / AFP)

La compagnie ferroviaire japonaise JR West a justifié, lundi 27 août, le bien-fondé d'un exercice de sécurité qui oblige les employés à s'asseoir près des rails au passage d'un train Shinkansen roulant à 300 kilomètres/heure. "Cet entraînement, qui a lieu dans un tunnel, vise à enseigner à nos équipes de maintenance l'importance de chacun des aspects de leur travail", a expliqué à l'AFP un porte-parole de l'entreprise, qui ne compte pas interrompre l'expérience.

Environ 190 membres du personnel ont participé à l'exercice. Il a été mis en place en 2016, un an après un incident durant lequel une pièce du train s'était détachée. "Nous faisons très attention à la sécurité quand nous réalisons l'exercice", a assuré le représentant de la compagnie, tout en reconnaissant avoir reçu des récriminations de syndicalistes.

"C'était une expérience horrible", a confié un salarié cité par le journal Tokyo Shimbun. Un autre, interrogé par le Mainichi, a qualifié l'initiative de "flagellation publique". Le Shinkansen, train à grande vitesse né en 1964, transporte des centaines de milliers de passagers par jour avec une ponctualité exceptionnelle et une sécurité sans faille : aucun accident grave n'a été constaté en plus d'un demi-siècle d'existence.