Fukushima : le Japon se fige pour les dix ans de la triple catastrophe du 11 mars 2011

A 14h46 (heure locale, 6h46 à Paris), une minute de silence a été observée dans tout le pays. C'est à cette heure précise, dix ans plus tôt, qu'il a été frappé par l'un des plus violents séismes jamais enregistrés dans le monde.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des Japonais réunis le 11 mars 2021 à Rikuzen-Takata, ville côtière du nord-est du Japon, pour rendre hommage au victimes de la triple catastrophe du 11 mars 2011. (TETSU JOKO / YOMIURI / AFP)

"La magnitude des dégâts causés par la catastrophe est si profonde que la mémoire inoubliable de la tragédie persiste dans mon esprit." C'est ce qu'a déclaré l'empereur japonais Naruhito, jeud 11 mars, lors d'une cérémonie à Tokyo commémorant le dixième anniversaire de la triple catastrophe du 11 mars 2011 : séisme, tsunami et accident nucléaire à la centrale de Fukushima.

A 14h46 (heure locale, 6h46 à Paris), une minute de silence a été observée dans tout le pays. C'est à cette heure précise, dix ans plus tôt, qu'il a été frappé par l'un des plus violents jamais enregistrés dans le monde.

>> Dix ans après la catastrophe de Fukushima, plongée dans l'enfer de la centrale ravagée : "Je nous voyais tous morts"

Quelque 18 500 morts après le tsunami

Un gigantesque tsunami avait été engendré par la secousse de magnitude 9,0. Des vagues hautes comme des immeubles s'étaient abattues sur les côtes du nord-est japonais. Quelque 18 500 personnes sont mortes, principalement à cause de ce raz de marée.

L'accident nucléaire qui a suivi, à la centrale de Fukushima Daiichi, envahie par les flots, a rendu des villes entières inhabitables pendant des années à cause des radiations et forcé des dizaines de milliers de personnes à partir. "Notre nation a vécu plusieurs catastrophes qu'on peut considérer comme des crises nationales" mais "nos prédécesseurs ont surmonté chaque crise avec courage et espoir", a rappelé le Premier ministre, Yoshihide Suga, lors de la cérémonie auprès de l'empereur Naruhito.

Emmanuel Macron salue "l'esprit de résistance" des Japonais

Dans une vidéo postée jeudi, Emmanuel Macron a rendu hommage "aux victimes de cette terrible catastrophe et à leurs familles". Le chef de l'Etat a dit  se souvenir de "ces images terribles, sidérantes" du 11 mars 2011, "d'une nature déchaînée infligeant une souffrance inimaginable à des familles, des villages et tout un peuple".

"Au moment où nous sommes confrontés à une pandémie mondiale, je saisis cette occasion pour rendre hommage à l'esprit de résistance, de résilience de tout un peuple", a ajouté le chef de l'État.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.