Cet article date de plus d'un an.

Venise : face à la montée des eaux, le riccio en péril

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Venise : face à la montée des eaux, le riccio en péril
Article rédigé par France 3 - R. Schapira, L. Pensa
France Télévisions
France 3
Le dérèglement climatique et ses conséquences n’épargnent pas la ville de l’amour. En période de grande marée, les gondoles doivent se séparer de leur riccio, partie la plus haute du bateau pour passer sous les ponts. Certains l’ont perdu, oublié ou se le sont fait volé, au grand dam des admirateurs de gondoles.

La gondole est indissociable de Venise, l’une de ses plus belles cartes postales. Pourtant ces dernières années, elle a dû subir une petite métamorphose. Il a fallu trouver des astuces, même au moment des grandes marées. Le riccio, la partie la plus haute du bateau est désormais amovible. Quelques centimètres qui font toute la différence depuis que les grandes marées et inondations se répètent à Venise. Sous les ponts, on voit les stigmates des ricci. “On a du mal à passer quand l’eau est haute”, avoue Roberto Dal Gesso, gondolier.

Les autorités rappellent l’obligation d’avoir un riccio

 

À Venise, de plus en plus de gondoles sont amputées. Le riccio, censé être amovible, a disparu, ce qui ne semble pas préoccuper les gondoliers. Perdu, oublié ou volé, pour parer au problème un artisan a trouvé la solution. “Grâce à cette charnière, ils n’ont pas besoin de le décrocher puis de le remettre”, souligne Lorenzo della Toffola. Que les puristes se rassurent, ce n’est pas la première fois que la gondole évolue. En théorie, cette poupe est obligatoire et les autorités le rappellent souvent aux gondoliers, car elles tiennent à cette harmonie.

Consultez lamétéo
avec
voir les prévisions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.