"Quelqu'un est censé venir prendre tes ordures mais personne ne vient" : à Rome, les ordures continuent de s’entasser dans les rues

 La "crise des déchets" à Rome n'est toujours pas résolue. Une enquête pour fraude vient d'être ouverte contre un sous-traitant de la mairie de Rome. 

Des déchets entassés à Rome, le 11 janvier 2018. 
Des déchets entassés à Rome, le 11 janvier 2018.  (ALBERTO PIZZOLI / AFP)

Sur la porte d'un restaurant touristique de Rome, un badge noir magnétique est bien visible. Il permet aux entreprises qui collectent les déchets de pointer pour prouver que le travail a été fait. Sauf que les ordures ne sont pas ramassées, explique Alessandro Onorato, propriétaire d'un restaurant dans le centre historique : "Il y a des horaires, quelqu'un est censé venir prendre tes ordures mais cela fait des mois qu'à ces horaires-là personne ne vient, donc on laisse nos ordures devant notre propre restaurant", déplore-t-il.

Les employés pointent mais ne ramassent pas

A partir de ce lundi 14 octobre, la capitale italienne est censée traiter ses déchets dans ses propres centres mais Rome est débordée. Les régions voisines devraient donc continuer à lui venir en aide. Car les ordures ne sont toujours pas ramassées partout, faute de moyens, d'organisation et de civisme. Mais certains fraudent également : une enquête est ouverte contre la société censée récolter les déchets, une société dirigée par un ex-général de la Garde des finances.

Cette enquête pour fraude est très attendue par Alessandro Onorato également conseiller municipal à Rome. "Un employé de la société affirme que les déchets ne sont pas ramassés mais qu'il pointe quand même. C'est très grave ! Si c'est confirmé, nous ferons un procès", soutient-il.

C'est une gigantesque fraude aux dépens de tous les commerçants de Rome !Alessandro Onorato, conseiller municipal franceinfo


La société accusée dément et se défend en affirmant qu'elle n'est de toute façon payée qu'en fonction de ce qu'elle collecte. La mairie de Rome vient de décider de suspendre ses paiements.

À Rome, les déchets continuent de s'entasser dans les rues. Un reportage de Bruce de Galzain.
--'--
--'--