L'Italie octroie la citoyenneté à Alfie Evans, un bébé britannique dans un état semi-végétatif menacé d'être débranché

Rome a octroyé, lundi, la nationalité italienne au petit Britannique Alfie Evans. Le but est de faciliter son transfert en Italie, alors que la justice britannique a refusé d'ordonner la poursuite des traitements.

Une photo d\'Alfie Evans lors d\'une mobilisation demandant la poursuite des traitements, organisée à l\'extérieur de l\'hôpital de Liverpool où se trouve l\'enfant, le 16 avril 2018.
Une photo d'Alfie Evans lors d'une mobilisation demandant la poursuite des traitements, organisée à l'extérieur de l'hôpital de Liverpool où se trouve l'enfant, le 16 avril 2018. (PAUL ELLIS / AFP)

L'Italie a décidé, lundi 23 avril, d'accorder la nationalité italienne à Alfie, un bébé britannique de 23 mois hospitalisé dans un état semi-végétatif et menacé d’être débranché. Au Royaume-Uni, la justice a en effet refusé d'ordonner la poursuite des traitements. À Rome, l'hôpital dépendant du Vatican s'engage à tenter de le soigner.

Alfie Evans est né le 9 mai 2016. Souffrant d'une maladie neurodégénérative rare, il est hospitalisé sous assistance respiratoire à Liverpool, au nord-ouest de l'Angleterre, depuis décembre 2016. Ses parents ne se résignent pas à l'arrêt des traitements.

Prise de position publique du pape

Ils viennent donc d'obtenir l'aide inédite de l'État Italien : en accordant la nationalité à l'enfant, les autorités italiennes espèrent qu'il sera transféré rapidement à Rome. L'hôpital pédiatrique de l'Enfant-Jésus, sous l'autorité du Vatican, propose d'accueillir le petit garçon.

C'est le dernier épisode d'une mobilisation globale de l'Église romaine. Le père d'Alfie, Tom Evans, a été reçu par le pape François. Ce dernier s'est publiquement prononcé, mercredi 18 avril, Place Saint-Pierre, en faveur du maintien en vie de l'enfant malade. "Je voulais répéter et confirmer de manière forte que le seul maître de la vie, du début jusqu'à la fin naturelle, est Dieu, a déclaré le souverain pontife ce jour-là. Notre devoir est de tout faire pour protéger la vie."

Les parents d'Alfie espèrent que les médecins italiens apporteront un nouveau diagnostic. La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) avait, elle aussi, rejeté l'ultime requête des parents du petit Alfie.