Italie : le Val Di Vara, une vallée qui joue le jeu de l'agriculture 100% biologique

Publié
Durée de la vidéo : 3 min.
Italie : le Val Di Vara, une vallée qui joue le jeu de l'agriculture 100% biologique
France 3
Article rédigé par
A. Mikoczy, L. Tositti, A. Donadini - France 3
France Télévisions

Direction à présent le nord de l'Italie et la Ligurie précisément. Il y a 25 ans, toute une vallée décide de miser sur le bio, un pari très audacieux et ambitieux à l'époque, tant l'agriculture biologique était marginale. Mais aujourd'hui, ce choix éthique porte ses fruits, toute la production du Val Di Vara est réputée et fait office de modèle. Une réussite aussi bien écologique qu'économique.

Il y a 25 ans, il fallait être un peu fou pour se lancer à 100% dans l'agriculture biologique. Le Val Di Vara fut la première collectivité à le faire en Europe. À 900 mètres d'altitude, Christina Adelmi permet à ses vaches de respirer un air pur, sur des terres qui n'ont pas été en contact avec des produits chimiques, et sans utiliser de la nourriture industrielle. "Le bio, ça signifie suivre les rythmes de la nature, ne pas forcer les temps, respecter l'environnement", explique l'éleveuse de vaches laitières. Un choix plus éthique qu'économique. Sa production, qui atteint les 200 litres de lait, est surveillée de près afin de conserver sa certification européenne.

Un pari dans l'agriculture biologique

À l'origine de ce pari complètement fou, Michela Marcone, maire de Varese Ligure entre 2004 et 2014, et ses élus. "Aujourd'hui, le mot biologique est à la mode, alors qu'à l'époque, la pratique n'était pas aussi répandue. Beaucoup ne savaient pas ce que cela signifiait dans la production", explique-t-elle. Malgré les critiques concernant un manque de rentabilité, les efforts ont porté leurs fruits et permettent d'employer plusieurs centaines de personnes dans les alentours. Près de 15 000 hectares de surface est préservée dans le Val Di Vara, soit une fois et demi la superficie de la ville de Paris.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.