Italie : le ministre de l'Intérieur, Matteo Salvini, porte plainte contre l'écrivain Roberto Saviano

Le chef de file de la Ligue est régulièrement mis en cause par l'écrivain antimafia. 

Le ministre de l\'Intérieur Matteo Salvini lors d\'une conférence de presse à Moscou (Russie), le 16 juillet 2018.
Le ministre de l'Intérieur Matteo Salvini lors d'une conférence de presse à Moscou (Russie), le 16 juillet 2018. (VASILY MAXIMOV / AFP)

Le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini, chef de file de l'extrême droite, dit avoir porté plainte pour diffamation contre l'écrivain antimafia Roberto Saviano, son plus virulent critique en ce moment. La tension est forte entre les deux hommes. Il faut dire que le nouveau ministre a menacé de suspendre la protection policière dont l'écrivain bénéficie depuis les menaces de mort proférées par un clan de la Camorra, la mafia napolitaine, après la publication de Gomorra en 2006.

"Trop, c'est trop, bisous"

"J'ai porté plainte contre [Matteo] Salvini, comme promis. J'accepte toutes les critiques, écrit Matteo Salvini sur Twitter, mais je ne permets à personne de dire que j'ai aidé la mafia, une merde que je combats de toutes mes forces, ou que je me réjouis de la mort d'un enfant. Trop c'est trop, bisous".

Le tweet qui semble avoir fait réagir Matteo Salvini date de mardi, après la découverte d'une femme et d'un enfant morts en mer."Quel plaisir cela vous donne-t-il de voir mourir des enfants innocents en mer ? Matteo Salvini, ministre de la Mala Vita, la haine que vous avez semée vous renversera", avait lancé Roberto Saviano, sous une photo à peine floutée des cadavres.

L'écrivain a vite réagi à ce dépôt de plainte. "Le ministre de la Mala Vita (la mauvaise vie, l'un des surnoms de la mafia) s'est décidé à porter plainte, a réagi Roberto Saviano. Je ne m'arrêterai pas devant un pouvoir qui a peur des voix critiques. Au tribunal, Salvini sera appelé à dire la vérité, une expérience nouvelle pour lui".

Une opposition politique discrète

L'opposition politique au gouvernement populiste en place depuis juin semble réduite au silence : le Parti démocrate (centre gauche) par des querelles internes et la droite classique par son alliance avec la Ligue de Matteo Salvini et la gauche par sa déroute électorale.

Dans ce contexte, Roberto Saviano est devenu une référence pour les critiques du nouveau ministre de l'Intérieur. L'écrivain s'insurge notamment contre la politique migratoire très dure de la Ligue, qu'il oppose au manque d'empressement du parti à rembourser ses dettes judiciaires ou à rejeter certains soutiens douteux dans le Sud.