Italie : le gouvernement cède face à Bruxelles

Le gouvernement italien a accepté de revoir son déficit budgétaire auprès de Bruxelles en reportant deux mesures emblématiques.

FRANCE 2

À Rome (Italie), on sent déjà l'esprit de Noël, mais les cadeaux sont pour plus tard. Le 26 novembre, les membres du gouvernement se sont réunis en Conseil des ministres exceptionnel : le ton n'est plus à la guerre contre Bruxelles, mais à des aménagements. Concrètement, les mesures phares comme le revenu universel et l'abaissement de l'âge à la retraite ne seraient pas abandonnées, mais reportés dans le temps. Les Italiens, eux, ne sont pas vraiment d'accord.

Une sanction disciplinaire de la part de la Commission

La semaine dernière, la Commisison européenne a lancé une sanction disciplinaire contre l'Italie. En coulisse, les tractations continuent pour que le déficit soit maintenu autour de 2%. Sachant que le coût de la principale mesure du gouvernement, le revenu universel pour toutes les familles, est de 10 milliards d'euros par an, le report à juillet 2019 permettrait une économie de 5 milliards d'euros. Entre l'électorat et la pression des patrons italiens et des banques, le gouvernement doit manœuvrer subtilement, mais rapidement.

Le JT
Les autres sujets du JT
Luigi di Maio, vice-Premier ministre italien et chef de file du Mouvement 5 Etoiles, ici le 14 mai 2018.
Luigi di Maio, vice-Premier ministre italien et chef de file du Mouvement 5 Etoiles, ici le 14 mai 2018. (ANDREAS SOLARO / AFP)