Italie : 40 000 élèves ont décroché suite aux fermetures des établissements scolaires

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Italie : 40 000 élèves ont décroché suite aux fermetures des établissements scolaires
France 3
Article rédigé par
A.Mikoczy, L.Tositti, F.Liegard, D.Albrand, V.Parent - France 3
France Télévisions

En Italie, 40 000 élèves ont quitté le système scolaire en un an. Contrairement à la France, le pays a fermé massivement les écoles pour limiter la transmission du virus. Problème : un quart des foyers ne possède pas d’ordinateur ou à une connexion Internet défectueuse. 

À Scansano en Italie, Giulio Giovannini, 12 ans, avait ému le monde entier. Son école fermée, le jeune garçon avait dû suivre les cours sur une tablette, sous un grand arbre, le seul endroit de son hameau où il parvenait à capter une connexion Internet. "Il m’est arrivé de répondre à la maitresse avec le vent en bruit de fond et les chèvres derrière, mais j’essaye de ne pas les entendre", confiant l’élève, pour qui l’histoire de termine bien : l’école de son village a de nouveau rouvert. 

Manque de moyens techniques pour étudier à distance 

Mais en Italie, le problème est national. Après une année de cours en pointillés, 40 000 lycéens italiens ont décroché, soit 3% de la classe d’âge selon les estimations officielles. Un quart des foyers italiens n’ont pas les moyens techniques de suivre les cours à distance sur un ordinateur. "L’Italie n’était absolument pas prête pour l’enseignement à distance, explique Luis Alberto Benotti, un étudiant qui a décroché. Entre ceux qui n’ont pas une bonne connexion internet et ceux qui n’ont pas d’ordinateur à la maison, beaucoup d’élèves n’ont pas pu affronter la situation." Durant l’hiver, des élèves ont à plusieurs reprises occupés les places publiques pour demander la réouverture des établissements. Le nouveau gouvernement italien a décidé de vacciner en priorité les enseignants, et de garantir l’ouverture des lycées. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.