Routes : des ponts dangereux en France

La catastrophe de Gênes (Italie) interroge sur la sécurité des ponts en France. Selon une étude du ministère des Transports, des centaines d'ouvrages présenteraient des risques d'effondrement, faute d'entretien. Certaines communes n'ont pas les moyens d'entamer des travaux, comme dans l'Aisne.

Voir la vidéo
France 2

Le pont de Monceau-sur-Oise (Aisne), est un pont comme il en existe des centaines en France. Seules quelques dizaines voitures l'empruntent chaque jour mais il est indispensable pour desservir les communes aux alentours. Problème : d'année en année, le pont se détériore. Construit en 1922, l'ouvrage d'art commence à se faire vieux. Aucune rénovation n'a été faite depuis cinq ans. Marie-Claire Fortin, la maire du village commence à s'en inquiéter. S'ajoute à cela un problème d’étanchéité. Sous le pont, le béton s'effrite dangereusement.

"On n'est pas à l'abri"

En tant que maire, Marie-Claire Fortin est responsable de l'ouvrage. Après la catastrophe de Gênes (Italie), elle ne veut pas vivre le même drame. "On n'est pas à l'abri, ça peut arriver n'importe où", dit-elle. Il y a deux ans, une étude jugeait les travaux urgents. Ils sont estimés à 150 000 €. 105 000 sont pris en charge par le département, 15 000 € par l'État. Il reste 30 000 € pour la mairie. Une somme conséquente pour un village de 120 habitants. Malgré les importantes subventions, certains maires restent dans l'incapacité de faire des travaux.

Le pont du village de Grand-Verly (Aisne) est fissuré de haut en bas depuis des années. "Mis à part un peu de peinture, je n'ai rien pu faire parce que je n'ai pas les moyens de restaurer un pont comme ça", avance le maire Hervé Flamant. Car le coût des travaux pourrait s'élever à 300 000 € pour la mairie. Dès 2001, des ingénieurs recommandaient la fermeture du pont, seule une interdiction des véhicules de plus de 3,5 tonnes a été mise en place.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le 15 mai dernier, l’autoroute A15 avait été fermée à la circulation à la suite de l’affaissement d’une partie du pont du viaduc de Gennevilliers (Val d’Oise).
Le 15 mai dernier, l’autoroute A15 avait été fermée à la circulation à la suite de l’affaissement d’une partie du pont du viaduc de Gennevilliers (Val d’Oise). (OLIVIER BOITET / MAXPPP)