VIDEO. Effondrement du viaduc de Gênes : comment les ponts sont-ils contrôlés en France ?

Après l'effondrement du viaduc de Gênes en Italie, la sécurité des ponts français est remise en question. En France, 4 000 ponts nécessiteraient des réparations.

FRANCE 3

Chaque jour, nous roulons sur ces immenses structures de béton sans inquiétude. Mais quel est l'état de ces ponts ? Un rapport publié en juillet 2018 révèle qu'un tiers des ouvrages géré par l'État nécessite des réparations. Plus inquiétant, il précise que "dans 7% des cas, les dommages sont plus sérieux, présentant à terme, un risque d'effondrement". Par téléphone, la ministre des transports Elisabeth Borne, pointe du doigt le manque d'entretien, sous les précédents gouvernements. "C'est toujours plus tentant de faire de nouvelles infrastructures qui permettent des inaugurations où tout le monde se réjouit, et c'est toujours plus austère de consacrer de l'argent à l'entretien et la modernisation des infrastructures", dit-elle.

Une visite tous les trois ans

En mai 2018, une partie du mur soutenant le pont de Gennevilliers (Hauts-de-Seine) s'est effondrée. Aucune victime mais une circulation perturbée pendant plusieurs mois. Des incidents qui pourraient se répéter. Quels contrôles sont prévus par la loi ? Une visite doit être effectuée au moins tous les trois ans. Et une inspection détaillée, tous les six ans. Certains ouvrages comme le viaduc de Millau possède en plus des capteurs électriques. Ils envoient des signaux en temps réel et peuvent détecter des anomalies. Des capteurs que le gouvernement italien veut installer sur toutes les infrastructures du pays.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un feu d\'artifice doit être tiré du bas du viaduc de Millau (Aveyron), le 12 décembre 2012.
Un feu d'artifice doit être tiré du bas du viaduc de Millau (Aveyron), le 12 décembre 2012. (CHRISTOPHE LEHENAFF / PHOTONONSTOP / AFP)