État des routes et des ponts en France : "On réclame à l'État une transparence globale et des investissements"

Après l'effondrement d'un pont à Gênes, Pierre Chasseray, délégué général de l'association 40 millions d'automobilistes, s'est montré très critique sur franceinfo au sujet de l'état des routes françaises.

Pierre Chasseray, délégué général de l\'association 40 millions d\'automobilistes
Pierre Chasseray, délégué général de l'association 40 millions d'automobilistes (YANN FOREIX / MAXPPP)

La catastrophe de Gênes, qui a fait 43 morts selon le dernier bilan des autorités après l'effondrement d'un viaduc autoroutier mardi 14 août, relance en France le débat sur les infrastructures et notamment les ponts.

Un rapport pointe le mauvais état d'environ un tiers des 12 000 ponts du réseau routier national. "On réclame à l'État une transparence globale et des investissements", a déclaré sur franceinfo Pierre Chasseray, délégué général de l'association 40 millions d'automobilistes.

franceinfo : Vous avancez que, chaque jour, un pont devient inutilisable en France, pourtant on ne trouve pas de liste concernant ces infrastructures ?

Pierre Chasseray : Il y a un manque de transparence. L'État a choisi de ne plus entretenir le réseau routier et il y a eu des conséquences extrêmement fâcheuses. On commence à pointer cela du doigt depuis quelques semaines. Il y a cet événement terrible en Italie qui nous ramène à cette triste réalité de l'état du réseau routier français, et je crains que si on continue à ne rien faire, on se retrouve dans la même situation malheureuse et dramatique dans les années à venir. Si on publie la liste des ponts, certains automobilistes vont la consulter et vont se faire peur. On réclame à l'État une transparence globale et des investissements. Comment peut-on aujourd'hui dire qu'il y a 7% des ponts qui sont dans un état catastrophique et ne pas en donner la liste ? La moindre des choses serait d'investir au plus vite. La France, c'est 200 000 ponts, et chaque jour il y en a un qui disparaît. C'est un chiffre extrêmement symbolique, car c'est la preuve par A+B qu'on fait le choix de fermer, donc de ne plus entretenir, plutôt que de corriger le tir et de sécuriser un patrimoine routier. On a mis de l'argent à construire nos routes, nos ponts, il faut les préserver, sinon ce serait une catastrophe pour cet argent investi.

Certaines DIR (Direction Interdépartementale des Routes), comme la DIR Est, en Lorraine, ont publié ces derniers jours la liste des ponts qui nécessitent une maintenance urgente. Vous demandez à ce que ce soit le cas partout ?

Il faut que ce soit le cas partout ! Il ne faut pas qu'on ait peur de faire peur aux Français. Le seul moyen de corriger le tir, c'est d'avoir cette transparence et de montrer qu'on connaît le réseau routier et ses défaillances. Élisabeth Borne a pointé du doigt cette problématique du manque d'entretien des réseaux français. Aujourd'hui la balle est dans le camp de Bercy, l'argent est là, il existe, l'argent qui est dévolu à l'entretien des réseaux routiers et des ponts. Ce n'est plus possible de ne pas informer, de ne pas entretenir, on ne pourra pas dire qu'on ne savait pas. Il faut un audit des infrastructures routières !

Craignez-vous qu'une catastrophe comme celle de Gênes se produise en France ?

La catastrophe a lieu tous les jours. Tous les jours on constate des accidents liés au mauvais état de l'infrastructure routière. Un rapport de 1995 pointait du doigt le fait que dans un accident sur deux, la route jouait un rôle important. Tous les jours, on a des décès sur les routes qui sont en partie dus au manque d'entretien du réseau routier français. Cette catastrophe est lissée, inaudible, on préfère parler d'un 80 km/h qui soi-disant irait sauver des vies alors que ça ne sauve personne. La catastrophe italienne nous montre à quel point de temps à autre, sur un enjeu majeur, on peut avoir des dizaines et des dizaines de victimes. Mais chaque année, ce sont des centaines, de milliers de victimes sur les routes.