Italie : la démission de deux ministres menace le gouvernement Conte

Les deux ministres appartiennent au parti Italia Viva de l'ancien Premier ministre Matteo Renzi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Premier ministre italien Giuseppe Conte lors d'une conférence de presse, le 30 décembre 2020, à Rome. (ANDREW MEDICHINI / AFP)

La crise politique guette en Italie. La démission, mercredi 13 janvier, des deux ministres d'un petit parti membre de la coalition au pouvoir menace le gouvernement du Premier ministre Giuseppe Conte, qui n'est plus assuré d'avoir une majorité au Parlement.

Le leader d'Italia Viva, l'ancien Premier ministre Matteo Renzi, a annoncé au cours d'une conférence de presse très attendue en fin d'après-midi la démission des deux ministres de son parti : Teresa Bellanova (Agriculture) et Elena Bonetti (Famille). Sans les 18 sénateurs d'Italia Viva, le gouvernement dirigé par Giuseppe Conte aurait besoin de nouveaux soutiens au Sénat, mais sa majorité est en revanche suffisamment large à la chambre des députés.

"Nous demandons le respect des règles démocratiques"

Matteo Renzi reproche à Giuseppe Conte sa gestion jugée solitaire de la pandémie et son plan pour dépenser les plus de 200 milliards d'euros que l'Union européenne doit octroyer à l'Italie dans le cadre de son méga-plan de relance. Une nouvelle version de ce plan a été adoptée mardi soir en Conseil des ministres, mais les deux ministres d'Italia Viva se sont abstenues.

"Nous ne permettrons à personne d'avoir les pleins pouvoirs. Cela veut dire que l'habitude de gouverner avec des décrets-lois qui se transforment en autres décrets-lois (...) représente pour nous une atteinte aux règles du jeu. Nous demandons le respect des règles démocratiques", a estimé Matteo Renzi, qui a en même temps exclu tout soutien à l'opposition de droite. "Nous n'avons aucun préjugé ni sur les noms, ni sur les formules", a ajouté l'ancien Premier ministre, ouvrant de cette manière la porte à un compromis.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.