Cet article date de plus de trois ans.

Israël : poursuivi pour corruption, Benyamin Nétanyahou souhaite demander l'immunité parlementaire

"Nétanyahou sait qu'il est coupable", a immédiatement réagi Benny Gantz, le grand rival du Premier ministre.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, donne une conférence de presse, le 1er janvier 2020 à Jérusalem. (GIL COHEN-MAGEN / AFP)

Le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou, inculpé pour corruption dans une série d'affaires et en lice pour les législatives de mars, veut demander l'immunité au Parlement israélien. "J'ai l'intention de faire une demande au président de la Knesset", le Parlement israélien, a-t-il déclaré mercredi 1er janvier lors d'une conférence de presse à Jérusalem. Et ce, "conformément à la loi", a-t-il ajouté, "afin de continuer à vous servir, pour le futur d'Israël."

"Nétanyahou sait qu'il est coupable", a immédiatement réagi Benny Gantz, le grand rival du Premier ministre, dans une conférence de presse. Pour l'ancien général à la tête de la formation centriste Kahol Lavan ("Bleu-Blanc"), cette demande d'immunité constitue une tentative évidente d'échapper à la justice. Le parti centriste Kahol Lavan fera tout ce qui est en son pouvoir pour "empêcher l'immunité" de Benyamin Nétanyahou, a déclaré Benny Gantz, ajoutant qu'"en Israël, personne n'est au-dessus de la loi".

Une demande examinée après les prochaines élections

Le 21 novembre, le procureur général Avichaï Mandelblit avait annoncé l'inculpation de Benyamin Nétanyahou pour "corruption", "malversations" et "abus de confiance" dans trois affaires différentes, des allégations que le Premier ministre réfute et qualifie de "chasse aux sorcières". Le procureur Mandelblit lui a donné jusqu'au 2 janvier pour présenter une demande d'immunité dans ces affaires.

La loi israélienne stipule que tout ministre poursuivi pénalement doit démissionner, mais cela ne s'applique pas au Premier ministre. S'il peut rester en fonction, Benyamin Nétanyahou ne jouit toutefois d'aucune immunité face à la justice, d'où le fait qu'il souhaite la demander à la Knesset.

Cette demande doit en premier lieu être évaluée par une commission parlementaire. Or, comme le Parlement a été dissous en vue des élections législatives du 2 mars (les troisièmes en moins d'un an), la requête devra attendre l'issue du prochain scrutin avant d'être étudiée.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Israël

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.