Cet article date de plus d'un an.

Israël : de retour au pouvoir, Benyamin Nétanyahou annonce avoir formé un gouvernement avec l'appui de l'extrême droite et des ultraorthodoxes

Il en a fait l'annonce plus d'un mois et demi après sa courte victoire aux élections législatives.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le Premier ministre désigné israélien, Benyamin Nétanyahou, au Parlement israélien à Jérusalem, le 13 décembre 2022. (MAYA ALLERUZZO / AP / SIPA)

Israël va avoir un nouveau gouvernement, le plus à droite de l'histoire du pays, a annoncé le Premier ministre désigné, Benyamin Nétanyahou, mercredi 21 décembre. Vainqueur des législatives du 1er novembre, il retrouve le pouvoir, qu'il avait quitté en 2021.

>> Législatives en Israël : comment Benyamin Nétanyahou a réussi à revenir au pouvoir

Au terme de longues tractations, le nouveau gouvernement devrait réunir, outre le Likoud de Benyamin Nétanyahou, deux partis ultraorthodoxes, Shass et Judaïsme unifié de la Torah, ainsi que trois formations d'extrême droite, Sionisme religieux de Bezalel Smotrich, Force juive d'Itamar Ben Gvir et Noam d'Avi Maoz.

La procureure générale inquiète

Les accords signés ces dernières semaines entre le Likoud et certains de ses alliés prévoient déjà l'attribution de certains postes comme celui de ministre de la Sécurité nationale à Itamar Ben Gvir, la responsabilité des colonies en Cisjordanie occupée à Bezalel Smotrich, ou un portefeuille à Arié Dery, leader de Shass.

Cependant, les députés israéliens doivent encore voter en seconde et troisième lecture des projets de loi pour permettre à Arié Dery d'occuper un poste de ministre après avoir été reconnu coupable de fraude fiscale et à Itamar Ben Gvir d'étendre ses futurs pouvoirs de ministre sur la police israélienne. La procureure générale d'Israël, Gali Baharav-Miara, s'est inquiétée de textes qui menacent de faire d'Israël une "démocratie qui en a le nom, mais pas l'essence", estime-t-elle.

Benyamin Nétanyahou a réussi à composer son gouvernement in extremis. En vertu des règles israéliennes, il aurait dû l'annoncer au plus tard le 11 décembre, mais avait obtenu du président Isaac Herzog une prolongation de 14 jours, le maximum possible en vertu de la loi. L'échéance avait été fixée à 23h59, mercredi. C'est à 23h48 (heure locale) qu'il a finalement twitté "Je l'ai".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.