Manifestations en Iran : près de 800 personnes inculpées pour des émeutes dans trois provinces

Plus de 2 000 personnes ont été inculpées depuis le début des manifestations il y a deux mois en Iran, selon la justice iranienne. Des organisations des droits humains à l'étranger font état de 15 000 arrestations. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une pancarte présentant Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans morte trois jours après son arrestation par la police des moeurs en Iran, lors d'une manifestation à Varsovie (Pologne), le 6 novembre 2022.  (STR / NURPHOTO / AFP)

La justice iranienne a inculpé près de 800 personnes pour leur participation à des "récentes émeutes" dans la province méridionale d'Hormozgan et celles d'Ispahan et Markazi (centre), selon Mizan, l'agence de l'Autorité judiciaire et des agences locales, dimanche 13 novembre. 

Le directeur général de justice de la province d'Hormozgan, cité dimanche par Mizan, a annoncé l'inculpation de 164 personnes "accusées après les récentes émeutes contre la sécurité" dans cette province. Elles seront jugées à partir de jeudi, a précisé Mizan. Ces personnes sont accusées de "rassemblement et conspiration contre la sécurité du pays", "propagande contre le régime", "trouble à l'ordre public", "émeutes", "incitation au meurtre", "blessures contre des agents de sécurité" et "dégradation de biens publics". 

Asadollah Jafari, directeur général de l'Autorité judiciaire de la province d'Ispahan (centre), cité par l'agence Tasnim, a fait état de 316 affaires liées à des récentes émeutes. En outre, 276 personnes ont été inculpées dans la province de Markazi, d'après Abdol-Mehdi Mousavi, directeur de la justice de la province cité par l'agence officielle Irna. 100 jeunes détenus lors des récentes émeutes ont été libérés sans procès, après avoir signé des engagements de ne plus participer à des "émeutes".

Des milliers d'arrestations en deux mois 

L'Iran est le théâtre de manifestations depuis la mort mi-septembre de Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans, arrêtée trois jours plus tôt par la police des mœurs pour avoir enfreint le strict code vestimentaire de la République islamique.

Les dirigeants iraniens accusent principalement les Etats-Unis, ennemi juré de l'Iran, d'être derrière ces protestations qu'ils qualifient d'"émeutes".

Plus de 2 000 personnes ont été inculpées, dont la moitié à Téhéran depuis le début des manifestations il y a deux mois, d'après les chiffres fournis par la justice iranienne. Des organisations des droits humains à l'étranger font état de 15 000 arrestations, donnée démentie par les autorités iraniennes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Manifestations en Iran

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.