Cet article date de plus d'un an.

Iran : les forces de sécurité visent "systématiquement" les yeux des manifestants, dénonce une ONG

Iran Human Rights (IHR) explique avoir recensé 22 cas de manifestants rendus aveugles d'un œil par un tir des forces de sécurité, dont neuf femmes.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Une manifestante défile lors d'une marche en soutien aux protestations en Iran, à Washington, aux Etats-Unis, le 21 janvier 2023. (ALLISON BAILEY / NURPHOTO)

Les forces de sécurité iraniennes ont "systématiquement" visé les yeux des manifestants dans la répression du mouvement qui secoue le régime depuis le mois de septembre, a affirmé vendredi 3 février, une ONG. Selon Iran Human Rights (IHR), basée en Norvège, les premières données montrent aussi que les jeunes femmes "sont surreprésentées parmi ceux dont les yeux ont été visés", a déclaré son directeur, Mahmood Amiry Moghaddam.

Un haut commandant de police interrogé à ce sujet dans la semaine par un journal de Téhéran a démenti, en insistant sur le bon comportement des forces de sécurité. Mais IHR affirme que des manifestants ont reçu des balles à la tête et au visage. Cet "acte inhumain et illégal" a été "mené systématiquement par la République islamique pour écraser les protestations", ajoute l'ONG.

IHR explique avoir recensé 22 cas de manifestants rendus aveugles d'un œil par un tir des forces de sécurité, dont neuf femmes. L'archère Kosar Khoshnoudi Kia, membre de l'équipe nationale de tir à l'arc, a perdu un œil dans une manifestation en décembre dans la ville de Kermanshah. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.