Iran : la justice renvoie une demande de libération des deux chercheurs français

Le président français, Emmanuel Macron, avait réclamé mardi leur libération. Ils sont détenus depuis six mois par le régime iranien.

La chercheuse française Fariba Adelkhah, sur une photo datée de 2012.
La chercheuse française Fariba Adelkhah, sur une photo datée de 2012. (THOMAS ARRIVE / SCIENCES PO / AFP)

Ils restent en prison. La justice iranienne a renvoyé devant un tribunal de Téhéran une demande de libération sous caution des deux universitaires français détenus en Iran depuis six mois, selon l'agence semi-officielle iranienne Isna. Le président français Emmanuel Macron avait demandé une nouvelle fois mardi soir leur libération "sans délai", jugeant leur emprisonnement "intolérable".

L'anthropologue franco-iranienne Fariba Adelkhah, spécialiste du chiisme et directrice de recherche au Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po Paris, et son collègue Roland Marchal, spécialiste de la Corne de l'Afrique et chercheur au même institut, sont détenus en Iran depuis juin. Fariba Adelkhah est accusée d'espionnage et Roland Marchal de "collusion contre la sécurité nationale".

L'Iran, qui ne reconnaît pas la double nationalité, a accusé Paris "d'interférence inacceptable" dans ses affaires domestiques après que le gouvernement français a tenté d'obtenir un accès à Fariba Adelkhah. Des confrères de deux chercheurs ont appelé en octobre la France à suspendre toute coopération scientifique et universitaire avec l'Iran en signe de protestation.