Cet article date de plus de sept ans.

Irak : le Premier ministre Nouri al-Maliki sous pression

Au lendemain d’un rappel à l’ordre envoyé par Washington, le Premier ministre irakien est implicitement critiqué par le principal dignitaire chiite du pays. Le grand ayatollah Ali Al-Sistani appelle à un nouveau gouvernement.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Le premier ministre irakien sous pression © Maxppp)

La plus haute autorité religieuse chiite d’Irak a implicitement critiqué ce vendredi, le Premier ministre Nouri al-Maliki. Le grand ayatollah Ali Al-Sistani a appelé à la formation d’une nouvelle équipe à la tête du pays, "un gouvernement efficace qui soit acceptable à un niveau national et qui évite les erreurs du passé ".

Les critiques visant le Premier ministre chiite en place depuis 2006, s’accentuent. Nouri al-Maliki n’est pas seulement sous le feu de reproches internes à l’Irak, il a aussi fait l’objet jeudi d’un rappel à l’ordre signé du président des Etats-Unis. Non seulement Barack Obama n'a pas répondu positivement à sa demande des frappes aériennes, mais le président américain a estimé que les actions futures du Premier ministre pourraient déterminer le sort du pays :

"Par-dessus tout, les dirigeants irakiens doivent s'élever au-dessus de leurs divergences et s'unir autour d'un plan politique pour l'avenir de l'Irak."

Il est reproché au Premier ministre irakien d’avoir préparé le terrain à l’offensive conduite par des insurgés sunnites depuis le 9 juin, en écartant de sa politique la minorité sunnite.

Ce vendredi, la France est allé plus loin que les Etats-Unis. Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a souhaité que l'Irak se dote d'un gouvernement d'union nationale  "avec ou sans " Nouri al-Maliki. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.