Vidéo Ils enseignent aux villageois indiens avec leur bibliothèque mobile

Publié
En Inde, Anirban et Poulami Nandy, accompagnés de leur bibliothèque installée dans leur voiture, vont dans les villages pour prêter des livres aux enfants. Ils en profitent aussi pour donner des cours. Brut les a rencontrés.
Brut.
Article rédigé par

En Inde, Anirban et Poulami Nandy, accompagnés de leur bibliothèque installée dans leur voiture, vont dans les villages pour prêter des livres aux enfants. Ils en profitent aussi pour donner des cours. Brut les a rencontrés. 

Ce sont des enfants qui veulent faire un doctorat, qui veulent devenir infirmiers ou médecins. On essaie de les y préparer.” Anirban et Poulami Nandy sont indiens, et ils ont créé leur bibliothèque mobile lors de leurs études d'ingénieur. Ce couple se rend régulièrement dans les villages isolés d’Inde pour faire bénéficier 8000 villageois de livres et manuels scolaires gratuits. Ils donnent aussi aux enfants des cours d’anglais et d’informatique. “Au début, ils ne venaient pas du tout. Ils partaient en courant”, se remémorent Anirban et Poulami. “On a commencé avec très peu d’élèves, entre 5 et 10. En les voyant, d’autres sont venus.

“On ne peut pas les laisser”

Pourtant, le couple a bien failli ne pas continuer l’aventure. “On appréciait les recherches menées aux États-Unis et au Royaume-Uni. On savait qu’il y avait des opportunités à l’étranger”, expliquent-ils. Malgré tout, ils ont décidé de continuer à enseigner aux Indiens. “On a tellement de relations, il y a tellement de personnes concernées. Si on les abandonnait, juste pour découvrir un autre pays, on s’en voudrait. (...) On ne peut pas les laisser. Ils ont placé beaucoup d’espoir en nous. En restant ici, nous pouvons les aider à exceller et à s’améliorer.

Ils espèrent même un jour emmener leurs élèves avec eux, pour leurs recherches à l’étranger. “Ces opportunités aux États-Unis, au Royaume-Uni, pourquoi on ne les saisit pas ? On le fera pour eux. (...) Un jour, on y ira, avec eux. S’ils y vont, on sera heureux.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.