Taj Mahal : un chef-d'oeuvre mis en péril par le tourisme

Emmanuel Macron est attendu en fin de journée en Inde ce 9 mars. Il y découvrira le Taj Mahal, le plus célèbre monument du pays, un chef-d'oeuvre menacé par la surfréquentation des touristes. 

Cette vidéo n'est plus disponible

Le Taj Mahal est probablement le monument le plus romantique au monde. Ce mausolée de marbre blanc fût construit par un empereur moghol au 17e siècle en mémoire de son épouse tant aimée. Un symbole d'amour éternel. Aujourd'hui, il faut désormais jouer des coudes pour prendre la photo parfaite et au moment de pénétrer dans le monument, c'est un peu la bousculade avec la foule de touristes. Il faut faire la queue plusieurs fois : d'abord pour acheter son ticket, pour pénétrer dans l'enceinte du Taj Mahal et enfin pour avancer vers le mausolée.

Limitation du nombre de visiteurs à 40 000 par jour

Un dimanche, il y a plus de 70 000 visiteurs. Pour cet architecte, c'est à la fois une fierté et un grand danger. "Il y a tellement de personnes qui visitent le Taj Mahal que cela conduit à des mouvements dans la structure même du bâtiment du haut vers le bas", explique Ravtej Singh. Cela fragilise les fondations du Taj Mahal. Selon lui, la coupole du bâtiment serait déjà très légèrement décentrée à cause du poids des visiteurs. L’autre menace vient de la rivière qui longe le bâtiment qui baisse avec la pollution et ne permet plus de renforcer les fondations du bâtiment. Le gouvernement indien a décidé de réagir en limitant le nombre de visiteurs à 40 000 par jour. Une interdiction qui concerne uniquement les visiteurs indiens qui ne paient que 50 centimes l'entrée. Le nombre des visiteurs étrangers qui paient 15 euros ne sera pas lui pas limité. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Taj-Mahal, Immense mausolée funéraire de marbre blanc édifiée entre 1631 et 1648 à Agra sur l\'ordre de l\'empereur moghol Shah Jahan pour perpétuer le souvenir de son épouse favorite
Le Taj-Mahal, Immense mausolée funéraire de marbre blanc édifiée entre 1631 et 1648 à Agra sur l'ordre de l'empereur moghol Shah Jahan pour perpétuer le souvenir de son épouse favorite (Photo EMMANUEL LANGLOIS)