Inde : un pigeon voyageur placé "en détention" pour une lettre de menaces

La missive, accrochée à la patte de l'oiseau, était signée du groupe jihadiste Lashkar-e-Taiba, auteur des attentats de Bombay en 2009, selon la police aux frontières indienne.

Photo d\'illustration d\'un pigeon domestique.
Photo d'illustration d'un pigeon domestique. (LEEMAGE / AFP)

C'est l'histoire peu banale d'un oiseau qui a fini en cage. Un pigeon a été "placé en détention", car il transportait, près de la frontière militarisée avec le Pakistan, une lettre de menaces visant l'Inde, indique la police indienne, lundi 3 octobre.

Le message était accroché à la patte du volatile, précise la police. Rédigé en langue ourdou, il "disait quelque chose comme 'Modi [le Premier ministre indien], nous ne sommes plus les mêmes personnes qu'en 1971. Maintenant, chaque enfant est prêt à combattre l'Inde'", précise un inspecteur de police de Pathankot.

Un message signé par un groupe jihadiste

A cet endroit-même, en janvier, l'attaque d'une base militaire indienne par des insurgés basés au Pakistan avait fait sept morts. L'année 1971 correspond à la date de la dernière guerre ouverte entre l'Inde et le Pakistan, autour de la sécession du Pakistan oriental, aujourd'hui le Bangladesh. La police prend cette "menace très au sérieux", car elle est signée du groupe jihadiste Lashkar-e-Taiba, auteur des attentats de Bombay en 2009.

L'oiseau, lui, restera en détention jusqu'à la fin de l'enquête. Le 23 septembre, déjà, un pigeon avait traversé la frontière avec quelques mots rédigés en langue ourdou, rapporte le Times of India (en anglais). Et par le passé, plusieurs de leurs congénères avaient été accusés d'espionnage pour le compte du Pakistan.