Inde : les sans-abri premières victimes de la pollution

Les sans-abri sont en première ligne face à la pollution de l’air qui affecte New Delhi. Depuis le début de l’hiver, la capitale indienne suffoque dans un brouillard empoisonné chargé de particules en suspension.

France 24

Début de l'hiver en Inde. Comme chaque année à cette période, les habitants de New Delhi sont plongés dans un brouillard chargé de particules en suspension. Une pollution extrêmement dangereuse pour la santé, avec pour premières victimes : les sans-abri. "Ces derniers jours ça m'affecte énormément. Je souffre de la pollution, je tousse tout le temps et mes yeux me brûlent beaucoup", explique Augadpeer Angoornath, un sans-abri de 33 ans. "J'ai beaucoup de mucus dans la gorge, et j'ai de plus en plus de mal à respirer, mais c'est normal d'être malade et de tousser à Delhi ces jours-ci", ajoute Indrajeet, sans domicile lui aussi. Pour répondre à ce problème de santé publique, le gouvernement a annoncé la distribution de 10 000 masques contre la pollution.  Une protection jugée toutefois inefficace par les experts.   En début de semaine, New Delhi enregistrait un pic de concentration de particules fines : 378 microgrammes par mètre cube d'air. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande de ne pas dépasser 25 en moyenne.  

Les sans-abri sont en première ligne face à la pollution de l’air qui affecte New Delhi. Depuis le début de l’hiver, la capitale indienne suffoque dans un brouillard empoisonné chargé de particules en suspension.
Les sans-abri sont en première ligne face à la pollution de l’air qui affecte New Delhi. Depuis le début de l’hiver, la capitale indienne suffoque dans un brouillard empoisonné chargé de particules en suspension. (France 24)