Cet article date de plus d'un an.

Inde : ce que l'on sait de la catastrophe ferroviaire qui a fait près de 300 morts

Le dernier bilan de cette collision fait état de 288 morts et 850 blessés. Un jour de deuil national a été décrété.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Trois trains ont été impliqués dans l'accident survenu le 2 juin 2023 près de Balasore (Inde). (JAYANTA SHAW / AFPTV / AFP)

Des wagons renversés, des secouristes par centaines, des cadavres recouverts de linceuls blancs sur les rails... La situation était toujours chaotique, samedi 3 juin, après la catastrophe ferroviaire qui a fait au moins 288 morts et 850 blessés vendredi soir dans l'est de l'Inde. Communiqué samedi matin par les services de lutte contre les incendies de l'Etat d'Odisha, le bilan était toujours provisoire en raison de la présence de nombreux voyageurs pris au piège à l'intérieur des carcasses métalliques des wagons. Voici ce que l'on sait de cet accident, l'un des plus meurtriers de l'histoire ferroviaire du pays.

Trois trains sont impliqués dans l'accident

Selon Amitabh Sharma, le directeur des chemins de fer indiens, deux trains de voyageurs ont été "activement impliqués dans l'accident", survenu près de la ville de Balasore, dans l'est de l'Inde.


D'après un rapport d'inspection publié samedi, relayé par India Today, l'accident a été causé par une "panne de signalisation" survenue sur la ligne. Le train de passagers, le Shalimar-Chennai Coromandel Express, est entré dans une mauvaise boucle ferroviaire, au lieu du trajet initialement prévu vers la ville de Chennai, dans le sud de l'Inde.

Un convoi de marchandises stationnait sur le site et a été percuté par le Shalimar-Chennai Coromandel Express. Des wagons de ce dernier se sont alors retrouvés sur la voie opposée. C'est là qu'un autre train, le Howrah Superfast Express, qui voyageait de Yesvantpur à Howrah, a percuté ces wagons, aggravant l'accident.

"Le nombre de victimes sur le terrain ou de blessés est très difficile à évaluer pour le moment", a expliqué Amitabh Sharma, car de nombreux passagers étaient pris au piège dans les décombres. Les coordinateurs ont annoncé samedi soir la fin des opérations de sauvetage sur le site de l'accident.

L'armée a été mobilisée pour aider les secours

Très vite, après la collision, les secours ont afflué sur les lieux du drame. Selon des journalistes de l'AFP, des centaines de secouristes étaient sur place pour extraire les corps sans vie des personnes présentes à l'intérieur des carcasses de wagons. Un défilé incessant d'ambulances a déposé dans la nuit des blessés à l'hôpital du district de Bhadrak, où les survivants ensanglantés et en état de choc sont soignés dans des locaux surpeuplés.

Des personnes blessés dans la collision de trains ont été secourues et envoyées à l'hôpital de Bhadrak, en Inde, le 3 juin 2023. (STR / AFPTV)

Le ministre des Transports indien, Ashwini Vaishnaw, s'est rendu sur place samedi matin et a annoncé que l'armée allait être mobilisée pour venir en aide aux sinistrés. Le Premier ministre, Narendra Modi, s'est également rendu dans un hôpital des environs pour y rencontrer des rescapés de l'accident. "Mes pensées vont aux familles endeuillées. Que les blessés se rétablissent rapidement", a-t-il écrit sur Twitter, se disant "affligé" par cette catastrophe. Un jour de deuil national a été décrété.

C'est l'un des accidents de trains les plus meurtriers

L'Inde a connu plusieurs graves catastrophes ferroviaires dans le passé. Le plus meurtrier date du 6 juin 1981 quand, dans l'Etat de Bihar, dans l'est du pays, sept wagons d'un train qui traversait un pont, sont tombés dans le fleuve Bagmati, faisant entre 800 et 1 000 morts. En novembre 2016, le train express Patna-Indore, à bord duquel se trouvaient 2 000 personnes, avait aussi déraillé dans une zone rurale de l'Etat de l'Uttar Pradesh, dans le nord du pays, faisant 146 morts et environ 180 blessés. Depuis le début du siècle, 13 accidents ferroviaires, dont au moins trois causés par des attentats, ont chacun fait plus de 50 morts.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.