Carte Sécheresse : quels sont les pays menacés par la suspension des exportations de blé de l'Inde ?

L'Inde a annoncé le week-end dernier suspendre ses exportations de blé pour préserver son approvisionnement, à la suite d'une vague de chaleur extrême. Carte à l'appui, franceinfo dresse la liste des pays les plus concernés par cette décision.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des ouvriers remplissent des sacs de blé à Ghaziabad, près de New Delhi (Inde), le 17 mai 2022. (PRAKASH SINGH / AFP)

Le deuxième plus grand grenier du monde se referme. Touchée par une vague de chaleur extrême avec des pics à 50°C affectant les récoltes, l'Inde a annoncé, samedi, interdire les exportations de blé. Une restriction destinée à assurer la sécurité alimentaire nationale du pays de 1,4 milliard d'habitants. Alors que le marché international est déjà tendu du fait de la guerre en Ukraine, les exportations indiennes, qui ont représenté plus de 7 millions de tonnes en 2021, sont donc compromises. Le pays est pourtant le huitième exportateur mondial en volume, d'après le département américain de l'Agriculture.

Parmi les principaux pays touchés, on trouve le Bangladesh, pays frontalier de l'Inde, qui a reçu près de la moitié de ses exportations. Viennent ensuite les Emirats arabes unis et le Sri Lanka, d'après les données des échanges internationaux des Nations unies

Les importateurs du blé indien sont donc surtout asiatiques, voisins de l'Inde. Les pays africains n'importent que quelques dizaines de tonnes par an, à l'exception de Djibouti (10 914 tonnes en 2021), de l'Ethiopie (9 995) et de la Somalie (6 700). Les pays européens sont aussi de petits importateurs de blé indien, la France n'en ayant acheté que 500 tonnes l'an dernier.

Pour le Bangladesh, les 3,6 millions de tonnes de blé indien importés en 2021 sont en revanche stratégiques. Sur l'année 2020-2021, le pays en avait consommé 8,5 millions de tonnes, d'après le site spécialisé Agrochart. Pour ces pays fortement dépendants du blé indien, New Delhi déclare "garder une fenêtre ouverte pour nos voisins. Nous avons aussi gardé une fenêtre ouverte pour un certain nombre de pays vulnérables si leur gouvernement le demande", précise le ministre indien du Commerce. L'Inde précise par ailleurs que les contrats d'exportation conclus avant le décret allaient être honorés, la mesure ne concernant que les exportations futures. 

La guerre en Ukraine pèse déjà sur la production mondiale

Avant cela, l'Inde avait pourtant exprimé sa volonté de venir en aide aux marchés mondiaux en cas de problèmes d'approvisionnements causés par l'invasion russe de l'Ukraine, pays qui exportait 12% du blé à l'échelle mondiale. L'annonce de la suspension des exportations indiennes a été mal perçu à l'international. Réunis à Stuttgart, en Allemagne, les ministres de l'Agriculture du G7 ont aussitôt critiqué la décision, craignant de voir s'aggraver la crise des matières premières. "Si tout le monde commence à imposer de telles restrictions à l'exportation ou même à fermer les marchés, cela ne fera qu'aggraver la crise et cela nuira aussi à l'Inde et à ses agriculteurs", a déclaré le ministre allemand de l'Agriculture.

Reste que cette interdiction des exportations n'arrangera pas les prévisions mondiales de 2022, déjà peu optimistes avec la guerre en Ukraine - qui provoque la réduction d'un tiers des récoltes du pays - et la sécheresse dans plusieurs régions du monde. Selon un rapport du département américain de l'agriculture (article en anglais) publié début mai concernant l'année 2022-2023, "la production mondiale de blé devrait baisser du fait de récoltes moins importantes en Ukraine, en Australie, au Maroc, en Argentine, dans l'Union européenne, en Chine". A l'inverse, les prévisions de plus grandes récoltes au Canada, en Russie ou en Turquie ne suffiront sans doute pas à compenser cette baisse.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Inde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.