Il y a eu au moins 71 tués et plus de 150 blessées lundi et mardi au Pakistan dans quatre attentats, selon la police

Au moins 12 personnes ont été tuées mardi par l'explosion d'un véhicule piégé près de bâtiments de l'armée à Multan, dans l'est.Cette attaque survient au lendemain de trois attentats qui ont fait 49 morts dans le pays, dont deux quasi simultanés sur un marché de Lahore (est), capitale de la province du Penjab, et un autre à Peshawar (nord-ouest).

Attentat meurtrier à Lahore, au Pakistan, le 7 décembre 2009.
Attentat meurtrier à Lahore, au Pakistan, le 7 décembre 2009. (AFP/ARIF ALI)

Au moins 12 personnes ont été tuées mardi par l'explosion d'un véhicule piégé près de bâtiments de l'armée à Multan, dans l'est.

Cette attaque survient au lendemain de trois attentats qui ont fait 49 morts dans le pays, dont deux quasi simultanés sur un marché de Lahore (est), capitale de la province du Penjab, et un autre à Peshawar (nord-ouest).

Les attaques n'ont pas été revendiquées mais la grande majorité des attentats, qui ont tué plus de 2.700 personnes en moins de deux ans et demi dans le pays, ont été attribués par l'armée et le gouvernement pakistanais au Mouvement des talibans du Pakistan qui a fait allégeance à al-Qaïda, ou bien à des groupes qui lui sont alliés.

Le rythme de ces attaques, suicide pour la plupart, s'est intensifié en un mois et demi, depuis que l'armée a lancé une offensive dans le district tribal du Waziristan du Sud (nord-ouest), frontalier avec l'Afghanistan, et principal bastion du Mouvement des talibans du Pakistan.

Le Mouvement des talibans du Pakistan, à l'unisson d'al-Qaïda, avait décrété le jihad, la "guerre sainte" à Islamabad et son armée à l'été 2007, reprochant au Pakistan de s'être allié, dès la fin 2001, à Washington dans sa "guerre contre le terrorisme". Depuis, les zones tribales du nord-ouest sont devenues le principal sanctuaire d'al-Qaïda et une importante base-arrière des talibans afghans.