Hong Kong : violents affrontements dans la nuit

De violents affrontements ont éclaté dans la nuit de samedi à dimanche entre manifestants pro-démocratie et policiers dans le quartier de Mong Kok, à Hong Kong, malgré la confirmation d'une rencontre mardi prochain entre les autorités et les chefs de la contestation étudiante.

(Les violents affrontements se sont déroulés peu après minuit. © REUTERS/Carlos Barria)

La situation a dégénérée peu après minuit à Hong Kong, lorsque les manifestants, portant casques, lunettes de protection et s'abritant avec des parapluies des tirs de gaz au poivre, ont lancé un nouvel assaut contre les cordons de la police anti-émeute. Après de violentes confrontations près d'un important carrefour du quartier de Mong Kok, quelque 400 policiers ont réussi à repousser d'une vingtaine de mètres les manifestants, dont plusieurs ont été interpellés.

Délogés vendredi par la police, les manifestants avaient en partie repris samedi matin le terrain perdu à Mong Kok, quartier densément peuplé situé sur le continent, entre les Nouveaux Territoires et la péninsule de Kowloon. Le lieu principal de la contestation, près du siège du pouvoir exécutif dans le quartier d'Admiralty, se trouve lui sur l'île de Hong Kong, de l'autre côté de Victoria Harbour.

Ci-dessous, la situation en direct à Hong Kong

Réunion de mardi en direct à la télé

Ce regain de violences et de tensions intervient alors qu'une réunion est prévue mardi entre les dirigeants de la contestation et les autorités, réunion qui sera retransmise en direct à la télévision. Elle doit tenter de trouver un règlement à la crise qui se prolonge depuis trois semaines, et qui a pris de l'ampleur au cours du dernier week-end de septembre. 

A LIRE AUSSI ►►► Expliquez-nous... Hong Kong

Le mouvement Occupy Central, qui milite depuis des mois pour des élections libres et démocratiques dans l'ancienne colonie britannique, a connu ses plus fortes mobilisations depuis cet été, lorsque le Parlement chinois a annoncé que seuls quelques candidats "patriotes" préalablement sélectionnés par un comité désigné par le pouvoir pourraient briguer les suffrages des électeurs de Hong Kong lors des prochaines élections, en 2017. La contestation s'est alors transformée une "révolte des parapluies", en réaction à une violente intervention de la police contre des étudiants.