Cet article date de plus de deux ans.

Grande manifestation à Tel-Aviv contre la loi proclamant Israël "l'État-nation du peuple juif"

Des dizaines de milliers de personnes ont défilé contre cette loi. 

Article rédigé par
Marine Vlahovic - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des Druzes manifestent à Tel Aviv, (Israël), le 4 août 2018.  (JACK GUEZ / AFP)

Au moins 50 000 personnes selon les médias israëliens étaient rassemblés samedi 4 août à Tel-Aviv pour protester contre la loi proclamant qu'Israël est "l'État nation du peuple juif". Ce texte controversé à valeur constitutionnelle a été adopté le 19 juillet dernier. Cette loi réaffirme le caractère juif de l’État hébreu et provoque la colère des Druzes, une minorité arabophone et musulmane réputée fidèle à Israël et qui se trouve aujourd'hui à la tête de la contestation. 

"Cette loi fait de nous des sous-citoyens"

Sous des drapeaux israéliens mais aussi des drapeaux druzes multicolores, les manifestants scandent le mot "égalité" sur une place centrale de Tel-Aviv. Najwa et Kamilya, deux sœurs druzes sont venues du nord du pays pour manifester contre cette loi qui crée, selon elles, des citoyens de seconde zone. "Nous ne sommes plus égaux, cette loi fait de nous des sous-citoyens, c'est ce qui nous met en colère. Je refléchis à ne pas envoyer mon fils faire son service militaire".  

Les Druzes sont à peine 130 000 à vivre en Israël et sont d’habitude plutôt discrets. Réputée pour être loyale à l’État hébreu, cette communauté arabophone et musulmane sert dans l’armée, contrairement aux autre Arabes israéliens. Et ce sont des officiers réservistes comme le colonel Anouar Saeb qui ont pris la tête de la contestation. "Cette loi exclut les minorités car elle dispose que la nation est seulement pour les juifs. La terre, le drapeau, l'hymne national est pour les juifs, nous ne voulons pas de ça, on veut une nation qui reconnait tous ses citoyens." La constestation a pour objectif d’obtenir un simple amendement pour garantir le droit de toutes les minorités de l’État hébreu. 

Nous voulons seulement rajouter une phrase dans ce texte de loi, qui donne à tous les citoyens d'Israël les mêmes droits qu'aux citoyens juifs. 

Anouar Saeb

à franceinfo

Dans la manifestation, Tzapi Gruperg, s’inquiète de la montée du nationalisme religieux en Israël. "Je suis juif, ils sont druzes, mais nous sommes tous pareils. C'est moi qui devrait me faire du souci, car cela veut dire que nous traversons une crise. Une nation prospère ne promulgue pas de telle loi, ce genre de loi est fait pour exclure les autres pour se sentir plus en sécurité. Moi je n'ai pas besoin de loi spéciale pour les juifs. Les gens doivent être égaux car ils sont nés ici, ils appartiennent à cette société et à ce pays."

Le parlement israélien discutera à nouveau de cette loi controversée lors d’une session extraordinaire mercredi prochain, le 8 août. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.