Gérard Longuet en Afghanistan : sans confiance, "pas de partenariat possible"

Après la mort hier de quatre soldats français victimes des tirs d'un soldat de l'armée afghane, le ministre de la Défense est arrivé ce matin en Afghanistan. Il doit évaluer la dangerosité de la mission des soldats français. Puis ce sera à Nicolas Sarkozy de décider d’anticiper ou non le retour des troupes en France qui devait intervenir "au plus tard en 2014".

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

"Ici on a des
soldats qui viennent pour sécuriser le pays. Ils font leur métier avec sérieux
et passion au contact permanent de l’armée nationale afghane… Ils se
connaissent et cette confiance qu’ils établissent, ils en ont été victimes.
Pour construire cette armée afghane, il faut de la confiance. Et c’est la
raison pour laquelle les talibans s’efforcent de multiplier ce type d’opérations
qui sont très peu nombreuses mais chacune d’entre elle est insupportable,
chacune d’entre elles fait craquer le besoin de confiance dans lequel il n’y a
pas de partenariat possible"
a affirmé le ministre de la Défense ce matin à Kaboul. 

Gérard Longuet qui ne cache pas son écoeurement: l es soldats français "n'ont pas eu leur chance. C'est un meurtre. Ce n'est pas la guerre".

Les dix-neuf soldats français blessés ou tués hier ont été victimes des tirs d'un soldat afghan dont ils assuraient la formation militaire. Ils étaient en train de faire un jogging à l'intérieur d'une enceinte militaire et étaient donc désarmés.

 


Gérard Longuet en Afghanistan: sans confiance, "pas de partenariat possible"
--'--
--'--