Cet article date de plus de neuf ans.

Gaza : au moins 12 personnes tuées dans l’attaque d’une école de l’ONU

Au moins 12 personnes ont été tuées dans le bombardement d'une école des Nations unies par les forces israéliennes ce jeudi, à Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza. Ces palestiniens, dont des enfants, s'étaient réfugiés dans cet établissement lorsqu'un obus s'est abattu sur les lieux. L’ONU a condamné cette attaque.
Article rédigé par Justine Cohendet
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Franceinfo (Franceinfo)

L’offensive terrestre se poursuit jusque dans les écoles. A Beit Hanoun, dans le nord de bande de Gaza, c’est l’artillerie au sol, les chars, qui ont tiré à l’intérieur de la cour d’une école des Nations unies dans laquelle plusieurs palestiniens étaient venus se réfugier, selon Mathilde Lemaire, envoyée spéciale de France Info à Gaza.

Les bombardements ont fait au moins 12 morts et une dizaine de blessés, dans l’établissement qui s’était transformé en camp de déplacés. Parmi les victimes des enfants, dont un bébé d’un an, des femmes mais également des employés de Nations unies, dont le nombre n'est pas précisé. 

Le porte-parole de l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine, Chris Gunness, a confirmé jeudi après-midi la mort de plusieurs personnes dans les bombardements de l’armée israéliennes. "Je confirme les multiples morts et les blessés qui se trouvaient dans l’abri des Nations Unies à Beit Hanoun ."  

Israël a accusé le Hamas de dissimuler des roquettes dans les infrastructures civiles 

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon a fermement condamnée cette attaque, appelant, dans un communiqué, "toutes les parties à respecter leurs obligations aux termes des lois humanitaires internationales, à respecter la vie des civils, l'inviolabilité des locaux de l'ONU et leurs obligations envers les travailleurs humanitaires." Les Etats-Unis ont également déploré cet accident. "Nous sommes profondément attristés et inquiets à propos de ce tragique incident" , a déclaré la porte-parole du département d'Etat Jen Psaki.

 

Israël a justifié ces tirs expliquant que des roquettes avaient été dissimulées dans cet établissement. Des combats sont actuellement en cours dans la zone de Beit Hanoun entre l'armée israélienne et le Hamas, accusé par Israël "de servir des infrastructures civiles et symboles internationaux comme boucliers humains."

 

Mathilde Lemaire, envoyée spéciale à Gaza pour France Info.
 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.